Au Luxembourg – «Je ne sais pas si je suis prête pour les examens»

Publié

Au Luxembourg«Je ne sais pas si je suis prête pour les examens»

LUXEMBOURG - Les épreuves débutent ce lundi, à l’Université du Luxembourg. Confinés, les étudiants ont révisé dans des conditions exceptionnelles.

Les étudiants devront passer leurs épreuves à distance depuis chez eux.

Les étudiants devront passer leurs épreuves à distance depuis chez eux.

«En ce moment, je cherche un job d’été car la compagnie qui m’emploie habituellement ne prendra pas de stagiaires les prochaines vacances à cause du Covid. Je prépare ma candidature pour mon Master. Et surtout, mes épreuves de Bachelor démarrent ce lundi», énumère Emeline, 23 ans, étudiante à l’Uni, confinée dans la campagne française avec sa famille. Ça fait beaucoup!».

Ces dernières semaines, les étudiants de l’Université du Luxembourg les ont passées en pleine révision, dans des conditions inhabituelle causées par le confinement, en vue des examens du semestre d’été qui démarrent ce lundi.
«Les profs ont été très compréhensifs et ont essayé de faire au mieux mais à distance il est difficile de savoir exactement ce qu’ils attendent de nous, note Sarah, 23 ans, confinée au Luxembourg. Évaluer notre propre niveau de préparation est également compliqué. Honnêtement, je ne sais pas si je suis prête pour ce lundi», s’inquiète-t-elle.

Au-delà des difficultés techniques, il a fallu gérer l’aspect psychologique. «Avant, je révisais à la bibliothèque du campus maintenant on partage l’espace dans l’appartement avec mon beau-père, c’est dur de faire la coupure entre étude et temps de libre. À cela s’ajoute l’inquiétude face à la situation sanitaire», explique Sarah. «Avant, on pouvait se retrouver avec les autres étudiants après les cours. Et cette vie sociale a été mise entre parenthèses, alors qu’elle aurait été très importante pour décompresser avent les examens», renchérit Emeline.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Alors que les examens débutent ce lundi, la question d’utiliser ou non un logiciel pour surveiller les étudiants à distance, afin d’éviter la triche, n’est toujours pas tranchée. Vendredi, l’Uni indiquait sur son site Web que le logiciel en question était encore examiné. Elle précise que si cet outil est introduit, un étudiant aura «le droit de refuser d’être contrôlé par le logiciel». Dans ce cas, il se verra assigner «un examen sous un format différent».

Le même jour, l’Union nationale des étudiant-e-s du Luxembourg faisait à nouveau part de ses inquiétudes, rappelant que certains de ces logiciels demandaient de scanner à 360° la pièce où se trouve l’étudiant.

Ton opinion