En France – «Je ne suis pas blonde, moi!», lance l'élu RN

Publié

En France«Je ne suis pas blonde, moi!», lance l'élu RN

Un élu d'extrême droite s'est fait remarquer avec une phrase sexiste adressée à une adversaire politique sur un plateau de télévision. Il n'en est pas à sa première polémique.

Julien Odoul, candidat du Rassemblement national pour les élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté, s'est tristement distingué sur un plateau de télévision de LCI, ce mercredi. Au cours d'un débat avec la vice-présidente de la région Île-de-France Florence Portelli, l'homme politique d'extrême droite a ironisé en utilisant un cliché sexiste très répandu.

«Je ne suis pas blonde, moi!», a-t-il lancé à l'élue LR qui estimait que son interlocuteur n'avait pas compris son propos sur les violences urbaines. «Je ne suis pas blonde, moi. Waouh!», a répondu la femme politique choquée par une telle condescendance. Elle s'est ensuite exprimée sur Twitter en rappelant «le vrai visage de l'extrême droite rétrograde et misogyne».

Florence Portelli a reçu le soutien de plusieurs personnalités, y compris d'autres familles politiques. Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, en a profité pour rappeler qu'elle a également subi des remarques de genre au cours de sa carrière. D'autres ont souligné le manque de réactions outrées des autres hommes présents sur le plateau de l'émission.

Le principal intéressé, lui, s'est défendu en prétextant «un trait d’humour populaire» et en accusant son adversaire de «tentative de récupération bête et méchante».

Julien Odoul s'était fait connaître en 2019 en s'en prenant à une femme voilée venue assister à une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Il avait ordonné à cette dernière d'enlever son foulard. Depuis, l'ancien mannequin qui a notamment posé dans le magazine «Têtu» fait le tour des plateaux en portant un discours ferme et souvent provocateur.

(th/L'essentiel)

Ton opinion