Daniel Ceppi – «Je rêvais d'aller au Turkménistan»

Publié

Daniel Ceppi«Je rêvais d'aller au Turkménistan»

Le routard créé par le Suisse Daniel Ceppi est de retour. Après sept ans d'absence, il arpente l'Asie centrale.

L'essentiel: Stéphane Clément est enfin de retour?

Daniel Ceppi: Depuis ses débuts en 1976, la série a une vie assez chaotique. Elle ressemble aux aventures de Stéphane qui arrive au Lombard qui a édité les trois premiers tomes de «Ch Confidentiel».

Cette fois, Stéphane Clément visite le Turkménistan...

Ce pays m'a toujours fait rêver. Dans les années 70, quand je visitais l'Afghanistan, je n'en étais pas loin. Et j'avais l'envie d'y mettre les pieds. Ce que j'ai pu faire bien plus tard alors que le Turkménistan était devenu un pays, après l'éclatement de l'URSS.

Ce sont toujours vos voyages qui inspirent vos scénarios?

Quasiment toujours! J'ai besoin de me nourrir d'images, de saveurs, d'odeurs pour faire voyager Stéphane. En fait, Stéphane, c'est moi... sauf qu'en trente ans de voyages, il ne m'est jamais rien arrivé de dramatique. Je ne me suis même pas fait voler un paquet de cigarettes.

Raison pour laquelle Stéphane se retrouve toujours parmi les pires tracas...

Aussi dure soit la réalité du monde, rien ne l'empêchera de l'arpenter. Mais c'est vrai que Stéphane a l'art de mettre les pieds où il ne faut pas. Cette fois, c'est au Turkménistan pour retrouver son ami Téri qui doit acheminer des frigos en Ouzbékistan pour le compte d'une ONG.

Vous n'êtes pas tendre avec cette ONG...

La grande majorité des ONG font de l'excellent travail, mais certaines n'agissent que pour le pognon. Elles s'arrangent pour toucher beaucoup de subventions et à la fin du compte, quand un jour on vérifie le bien-fondé de leur travail, à peine 25 % des sommes ont finalement été investies dans l'humanitaire.

Comment vous est venue l'idée de cette série?

J'étais graphiste, coincé au bureau et je n'arrêtais pas de recevoir des cartes postales de vacances. Un jour, je me suis mis à mon compte et j'ai voyagé. Sur la route, j'ai eu l'idée de créer ce personnage. Avec ce qui se passe dans le monde, il y a quarante idées de scénarios par journal.

Recueilli par Denis Berche

«Stéphane Clément T. 12 - L'engrenage turkmène». Daniel Ceppi. Le Lombard.

Ton opinion