Xavier Bettel – «Je suis surpris de devenir bourgmestre»

Publié

Xavier Bettel«Je suis surpris de devenir bourgmestre»

LUXEMBOURG - Au lendemain de sa désignation comme futur bourgmestre de Luxembourg-Ville, Xavier Bettel livre ses premières impressions à «L'essentiel Online».

Le futur bourgmestre de Luxembourg-Ville, Xavier Bettel, assure qu'il répondra «personnellement» à tous les messages de félicitations.

Le futur bourgmestre de Luxembourg-Ville, Xavier Bettel, assure qu'il répondra «personnellement» à tous les messages de félicitations.

Editpress

Dans quel état d'esprit vous trouvez-vous au lendemain de votre désignation comme futur bourgmestre de Luxembourg-Ville?

Xavier Bettel: Très content. Et pour être tout à fait honnête, surpris, car en allant voter dimanche, je ne m'attendais pas à le devenir. J'espérais parvenir à ce poste un jour, mais je ne pensais pas que cela se passerait aussi vite pour moi.

Vous sentez-vous prêt à assumer cette fonction?

Bien sûr. Ça fait tout de même 12 ans que je suis dans le conseil communal et que je fréquente la ville aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur. J'en connais tous les rouages et je suis prêt à me confronter à ses problématiques.

Qu'avez-vous fait lundi soir pour célébrer cette nomination?

Rien de spectaculaire, j'ai dîné avec mes colistiers pour les remercier du travail réalisé tout au long de cette campagne électorale, j'ai répondu à quelques-uns des quelque 1 500 messages de félicitations sur Facebook, Twitter ou autres que j'ai reçus et je suis allé me coucher. Je tiens d'ailleurs à indiquer que je compte bien répondre individuellement à chacun d'entre eux. Seul hic: ça risque de prendre quelques jours. (rires)

Et quelle a été la réaction de votre compagnon quant à votre nouvelle fonction?

Il est super content. Sa réaction correspond à ce qu'il m'avait annoncé au cours de la campagne, à savoir qu'il serait à mes côtés quoi qu'il se passe.

Avec votre élection, Luxembourg rejoint d'autres capitales européennes comme Paris ou Berlin qui ont à leur tête un élu gay. Qu'est-ce que cela représente pour vous?

Cela signifie avant tout que les électeurs luxembourgeois ne sont pas fixés sur la vie personnelle ou sur l'orientation sexuelle, que ce qui se passe à la maison reste du domaine privé. Cela signifie également qu'ils ont voté pour quelqu'un d'engagé, qu'ils ont voté pour des idées.

Votre nomination va également avoir des conséquences sur votre emploi du temps, aussi bien personnel que professionnel. Comment allez-vous gérer cela?

Du point de vue personnel, cela ne va pas modifier profondément mon quotidien. J'aime bien sortir, mais désormais c'est difficile. Ça fait maintenant deux ans que je ne suis plus sorti en boîte. Je préfère maintenant passer mes soirées à la maison, en couple, ou profiter de mes amis. Pour de ce qui est du point de vue professionnel, cela risque de changer.

C'est-à-dire?

En tant qu'avocat, je pense que je vais devoir prendre un congé politique auprès de mon cabinet. Un congé pour la durée de mon mandat, à savoir six ans. Je dois bien m'adapter aux nouvelles obligations qui vont m'incomber.

Vous allez prendre vos fonctions au 1er janvier prochain, qu'allez vous faire d'ici là?

Je ne sais pas dans le détail, mais je peux vous donner mon emploi du temps pour ce week-end si vous voulez… (rires) Je serai au marché tout le samedi matin, puis je vais faire les courses car le frigo risque d'être vide (rires) et enfin je dînerai avec mes colistiers. Dimanche, je vais aller jouer au basket avec l'association Zak qui milite pour l'insertion d'enfants handicapés dans le sport et enfin terminer par une réception. Un week-end chargé donc qui devrait ressembler à ce que je devrais faire pendant mon mandat.

Recueilli par Jean-Michel Hennebert

Changement politique à venir

Mardi, Xavier Bettel a assuré qu'il quitterait sa fonction de chef de fraction DP à la Chambre au moment de devenir bourgmestre de la capitale. Il conserve en revanche son poste de député.

Mardi soir, Déi Gréng a annoncé être en discussion avec le DP pour entrer dans la coalition. Les Verts sont la troisième force de la capitale, avec 18,45% des voix et 5 mandats.

Ton opinion