Benoît Poelvoorde – «Je suis trop irresponsable pour avoir des enfants!»

Publié

Benoît Poelvoorde«Je suis trop irresponsable pour avoir des enfants!»

Benoît Poelvoorde n’a jamais voulu devenir père. L’acteur belge préfère vivre avec son épouse et son chien.

Le comédien de 48 ans incarne un mari infidèle dans «Le grand méchant loup», dès le 10 juillet, au cinéma. Benoît Poelvoorde a adoré interpréter ce rôle, même si le métier d’acteur n’a jamais été sa vocation. L'humoriste s'est confié en toute sincérité.

Pourquoi avoir accepté ce rôle d’homme infidèle dans «Le grand méchant loup»?

J’ai surtout voulu faire ce film à cause des deux réalisateurs, Nicolas et Bruno, parce qu’ils ont fait beaucoup de pub, mais ils ont surtout fait les sketchs «messages à caractère informatifs», sur Canal +. Ça durait trois minutes. Ils ont un univers hallucinant et un humour incroyable, totalement décalé. Ils m’ont donc proposé ce film. Il y avait Kad et Fred, le scénario était génial. Je l’ai trouvé subtil et drôle, même si le sujet est très bateau: un mec qui trompe sa femme. Trois frères qui profitent du coma de leur mère pour se dire qu’ils doivent se remettre en question. Mais le film est tellement drôle. Il y a des gags partout. J’ai aussi accepté ce personnage parce qu’il y avait Charlotte Lebon (rire). Et croyez-moi, j’ai passé un très joli moment avec elle. C’est une très jolie fille.

Votre personnage traverse la crise de la quarantaine. L’avez-vous aussi vécue dans votre vie?

Bien-sûr! Mais je n’ai pas fait ce film en me disant que ce scénario parlait de moi. Ce qui est marrant dans ce film, c’est que ces mecs veulent tromper leur femme, mais ils ne savent pas le faire. Si tu veux mettre en danger ton couple et ta famille, il faut avoir les épaules pour le faire! Et dans le film, ils ne les ont pas. Ils n’ont aucune technique pour ça. Dans ma vie personnelle, j’ai traversé une période où j’ai eu peur de la mort. Je me suis senti obligé de savoir si je me sentais toujours en vie et capable de séduire quelqu’un d’autre. J’ai donc fait beaucoup de mal aux autres parce que je ne sais pas mentir.

Vous êtes marié, sans enfant. Pensez-vous en avoir un jour?

Non. J’admire et je respecte les gens qui ont des gosses, mais moi personnellement, je suis irresponsable. J’ai un chien, c’est déjà bien. Je me suis rendu compte assez tôt qu’il ne fallait pas que j’aie des enfants. Je ne me sens pas capable de m’occuper de quelqu’un d’autre à part moi-même. Et déjà avec moi-même, j’ai du mal! Mais je n’ai rien contre les gens qui ont des enfants, au contraire. Je suis parrain de quatre enfants. Les gamins m’aiment bien parce que j’ai un gros nez!

Dans le film, votre maman est dans le coma. On voit que votre personnage entretient un lien fort avec elle. Est-ce aussi le cas avec votre propre mère?

Oui vraiment. Je suis très attaché à elle, d’autant plus que j’ai perdu mon père assez jeune. Donc le dernier relais d’affection qui a été double, c’était ma maman. Je l’aime comme tous les garçons aiment leur maman car c’est la personne qu’on aime le plus au monde. Ces femmes sont les maîtres du monde.

Est-elle fière de votre carrière?

(L'essentiel Online/Ludovic Jaccard)

Ton opinion