Coupe de France – Johansen : «Je ne veux surtout pas me faire éliminer à Colmar!»

Publié

Coupe de FranceJohansen : «Je ne veux surtout pas me faire éliminer à Colmar!»

Le FC Metz affronte Colmar, dimanche, en Coupe de France. Un retour aux sources pour le meneur de jeu messin Pascal Johansen.

Comme on a pu le constater lorsque vous n’étiez pas sur le terrain face à Clermont ou Arles, le jeu du FC Metz repose en grande partie sur vous, en êtes-vous conscient?

C’est aussi parce que c’est mon poste qui veut cela. Si le meneur de jeu est en forme, c’est normal que l’équipe tourne bien. C’est mon rôle d’organiser le jeu. Mais dans le foot il y a plein de paramètres qui entrent en compte.

Pouliquen vous laisse beaucoup de liberté dans l’entrejeu messin, et vous semblez vous régaler…

Comme tous les joueurs, j’aime bien jouer au feeling, bouger et me sentir libre sur le terrain. Et bouger beaucoup ouvre aussi des espaces pour les autres. C’est bénéfique pour tout le monde.

Après une saison compliquée, pensez-vous être revenu à votre meilleur niveau?

C’est vrai qu’avec l’âge et l’expérience, on sent plus le jeu. C’est vrai aussi que je me sens super bien. Mais mon meilleur niveau je l’avais lorsque j’évoluais en Ligue 1. La motivation est différente lorsqu’on affronte des grosses équipes.

La Ligue 2 vous ennuie donc un peu?

C’est vrai que certains matches sont moins glorieux avec des stades pas souvent pleins, mais c’est ça la Ligue 2 et il faut passer par là pour remonter. Être heureux de jouer au football, voilà bien l’essentiel. Mais bon, c’est pas toujours évident de se motiver.

Vous connaissez le coach depuis longtemps, comment gérez-vous cette relation particulière avec lui par rapport à vos coéquipiers?

C’est vrai que je me fais parfois chambrer mais c’est normal. Le coach est très ouvert et est aussi proche des autres joueurs. De toute façon, il ne m’a jamais fait de cadeaux. Nous n’avons que des relations professionnelles, il n’y a pas de passe-droit.

Vous êtes alsacien, que pensez-vous des difficultés que rencontre actuellement le Racing Club de Strasbourg?

En tant qu’Alsacien et ancien joueur du Racing, je le vis mal. Ce club a du mal à trouver une stabilité. Il est actuellement relégable et ce serait une catastrophe de le retrouver en National. J’espère qu’il arrivera à réagir.

Samedi, vous jouerez à Colmar, la ville qui vous a vu grandir, un retour aux sources pour vous…

Ce sera un match très spécial. Je suis originaire de là-bas et j’ai joué à Colmar jusqu’à l’âge de 17 ans. Ma famille et mes amis seront en tribune. Je n’aurais jamais pensé un jour jouer contre eux. J’espère que cela va bien se passer car je ne veux surtout pas me faire éliminer à Colmar !

Recueilli par Philippe Di Filippo

Ton opinion