John Dodelande voit la vie en rose

Publié

John Dodelande voit la vie en rose

À 19 ans, le jeune homme tient une chronique dans «Play-Boy». Le sujet? Le doodisme, son propre mouvement.

«J’ai lancé ce mouvement pour fédérer les jeunes entrepreneurs qui se reconnaissent dans des valeurs d’action», confie John Dodelande.

Le jeune créateur de mode qui porte toujours un costume rose, vient de passer le bac et de sortir un livre-magazine intitulé «John Dodelande». Il y expose sa philosophie, le doodisme, dont il a mis en pratique la devise «l’action matérialise le rêve» en créant un groupe de luxe.

«Il manquait une marque de luxe pour les jeunes», confie-t-il. N’est-ce pas l’argent qui matérialise les rêves? «ll y a deux types de jeunes: ceux qui se laissent vivre et ceux qui ont un objectif comme les doodistes», réplique-t-il. Je connais des jeunes qui ont lancé leur entreprise avec 300 euros.» Lui-même est plus gourmand.

Pour créer le pilote d’un synopsis de TV, il a tenté il y a quelques années de lever 70 000 euros. Les financiers ont refusé sauf un, qui a gardé le contact et qui, plus tard, a financé la marque de luxe.

Aujourd’hui sa stratégie consiste à communiquer sur son personnage pour créer une image qu’il décline en vêtements, meubles design et yachts de luxe à l’aide de partenaires spécialisés. Outre la France (Saint-Tropez, Galeries Lafayette), la Chine, où il a relooké un hôtel en rose, et l’Arabie saoudite, où il vend des costumes à plusieurs milliers d’euros, il va investir le net.

Le site dodelandshop.com proposera bientôt T-shirt à 45 euros et montres à 270 euros.

L'interview de John Dodelande

John DODELANDE - interviewenvoyé par fvignale

Ton opinion