«Mari violent» – Johnny Depp n'aura pas le droit à un procès en appel
Publié

«Mari violent»Johnny Depp n'aura pas le droit à un procès en appel

La justice britannique a refusé jeudi, à la star, un procès en appel, après sa défaite contre «le Sun,» qui l'avait qualifié de mari violent envers son ex-épouse Amber Heard.

Amber Heard et son ex-mari Johnny Depp.

Amber Heard et son ex-mari Johnny Depp.

AFP/Isabel Infantes

La justice britannique a refusé jeudi à l'acteur américain Johnny Depp un procès en appel après sa défaite contre le Sun, qui l'avait qualifié de mari violent envers son ex-épouse Amber Heard. À l'issue d'audiences jetant une lumière crue sur les excès de la star hollywoodienne, l'acteur d'«Edward aux mains d'argent» et «Pirate des Caraïbes» avait perdu en novembre dernier son procès en diffamation à Londres contre News Group Newspapers (NGN), société éditrice du Sun, portant un coup très dur à sa réputation. Il reprochait au tabloïd d'avoir présenté comme un fait avéré, en avril 2018, qu'il était un mari violent, ce qu'il conteste.

Johnny Depp avait alors saisi la cour d'appel. Mais pour obtenir un nouveau procès, ses avocats devaient produire des éléments nouveaux. C'est ainsi que jeudi dernier, l'avocat de Johnny Depp Andrew Caldecott a accusé Amber Heard, 34 ans, d'avoir menti en disant avoir fait don à des associations des sept millions de dollars obtenus dans le cadre de la procédure de divorce, dans le but d'apparaître sous un jour favorable.

«Témoignage courageux» d'Amber Heard

Selon l'avocat, le montant des dons effectués par l'actrice est bien moins important. Mais la cour d'appel a estimé qu'il n'y avait aucune raison de penser que la décision du juge a été influencée par les déclarations d'Amber Heard au sujet des donations. Dans son jugement, le juge Andrew Nicol s'était notamment appuyé sur le don de cette somme pour écarter la thèse, soutenue par les avocats de Johnny Depp, d'une Amber Heard mue par l'appât du gain.

Le Sun s'est félicité de la décision rendue jeudi, saluant le «témoignage courageux» d'Amber Heard devant le tribunal, malgré les tentatives répétées de l'auteur des faits de la «réduire au silence». À la suite du jugement qu'il avait qualifié de «surréaliste», l'acteur américain de 57 ans avait dû renoncer à son rôle dans le prochain film de la série «Les Animaux Fantastiques», adapté des ouvrages de l'auteure de Harry Potter, J. K. Rowling.

S'appuyant essentiellement sur les déclarations de l'actrice américaine, le Sun avait invoqué pour sa défense 14 épisodes de violences, tous contestés par Johnny Depp. Après trois semaines d'audience en juillet, le juge Nicol avait tranché en faveur du tabloïd. Il avait estimé dans son jugement que les qualificatifs du Sun étaient «substantiellement vrais» car «la grande majorité des agressions présumées ont été prouvées».

(L'essentiel/afp)

Ton opinion