Johnny, rocker égaré sur grand écran

Publié

Johnny, rocker égaré sur grand écran

Dimanche, avait lieu la projection du film «Vengeance», du réalisateur chinois Johnnie To.

La salle est comble, tous s’impatientent de voir la gueule de l’idole des jeunes apparaître sur grand écran, un peu comme si ce dernier en était à son coup d’essai. L’excitation aura pourtant vite fait de retomber. Scénario mal ficelé, dialogues plan-plan et un Johnny qui provoque l’hilarité plus qu’il n’impressionne, passant totalement à côté de son rôle, «Vengeance» est peut-être la première vraie déception de la quinzaine.

«J’ai traîné toute ma vie le manque d’avoir un père. Cette solitude-là, je l’ai portée en moi toute ma vie (...) Mais c’est vrai que quand on est quelqu’un de sensible, qu’on a cela en soi, quand on vous donne des rôles de solitaire, on se sert toujours du vécu pour jouer ce que l’on a à jouer», explique-t-il à une presse médusée par le charisme du chanteur et semblant gênée de n’avoir pas apprécié le travail de l’acteur.

Dans «Vengeance», il interprète le rôle d’un tueur à gages à la retraite qui embarque pour Macao afin de venger sa fille. Il se retrouve en terre inconnue, perdu et victime d’une mauvaise balle lui faisant progressivement perdre la mémoire. Il demande alors l’aide de tueurs professionnels chinois.

De la volonté du cinéaste à celle du chanteur, on sent que tous croyaient bien faire, et pourtant c’est sous quelques rares applaudissements et les huées de la majorité de la salle que le générique de fin a défilé sur l’écran du Palais des Festivals. Quand on pense que Johnny prend sa retraite au profit d'une carrière d’acteur...

Ton opinion