Paris – Joséphine Baker, première femme noire au Panthéon
Publié

ParisJoséphine Baker, première femme noire au Panthéon

La dépouille de la légendaire meneuse de revue franco-américaine sera transférée le 30 novembre dans la nécropole parisienne. Seules cinq femmes y reposent, dont Simone Veil.

Plus de 40 000 personnes, dont plusieurs personnalités, ont signé une pétition pour que l’inoubliable interprète de «J’ai deux amours» (ici photographiée en 1949 à Paris) repose au Panthéon parmi 80 autres grandes figures de l’histoire française.

Plus de 40 000 personnes, dont plusieurs personnalités, ont signé une pétition pour que l’inoubliable interprète de «J’ai deux amours» (ici photographiée en 1949 à Paris) repose au Panthéon parmi 80 autres grandes figures de l’histoire française.

AFP

L’artiste franco-américaine Joséphine Baker (1906-1975), figure éminente de la Résistance et de la lutte antiraciste, entrera au Panthéon le 30 novembre, a-t-on appris dans l’entourage d’Emmanuel Macron dimanche, confirmant une information du «Parisien».

La cérémonie fera de la célèbre meneuse de revue, née dans le Missouri et enterrée à Monaco, la première femme noire à reposer dans la nécropole laïque.

«Le 21 juillet, le président Macron nous a accordé un entretien», raconte l’entrepreneuse Jennifer Guesdon, une des personnalités défendant la panthéonisation, et «quand le président nous a dit oui, (cela a été une) grande joie et en même temps c’était comme une évidence», ajoute-t-elle.

«C’est oui!»

«C’est oui!» a dit le chef de l’État à l’issue de cet entretien avec un groupe de personnalités venues plaider en faveur de ce dossier, rapportait dimanche «Le Parisien». Parmi elles outre Jennifer Guesdon, le romancier Pascal Bruckner, le chanteur Laurent Voulzy, l’essayiste Laurent Kupferman et surtout Brian Bouillon-Baker, un des fils de Joséphine Baker, selon le quotidien.

L’entourage du président a confirmé que la cérémonie aurait lieu le 30 novembre. «La panthéonisation se construit sur le temps long», a-t-on souligné de même source.

Une pétition signée par 40 000 personnes

Une pétition en faveur de l’interprète de la célèbre chanson «J’ai deux amours» avait été lancée il y a deux ans par Laurent Kupferman. «Cette demande de panthéonisation a été faite par la famille Baker depuis 2013», raconte Jennifer Guesdon, et la pétition compte «quasiment 40 000 personnes signataires».

Cela «symbolise l’image d’une France qui n’est pas raciste, contrairement à ce que disent un certain nombre de groupuscules médiatiques, Joséphine Baker est une vraie antiraciste, une vraie antifasciste», réagit Pascal Bruckner.

La date du 30 novembre correspond à celle de son mariage avec Jean Lion qui lui a permis d’obtenir la nationalité française, explique Jennifer Guesdon.

Icône antiraciste et féministe

«Artiste, première star internationale noire, muse des cubistes, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale dans l’Armée française, active aux côtés de Martin Luther King pour les droits civiques aux États-Unis d’Amérique et en France aux côtés de la Lica (ndlr: ligue internationale contre l’antisémitisme, devenue la Licra) (…) nous pensons que Joséphine Baker, 1906-1975, a sa place au Panthéon», fait valoir le texte de la pétition.

Le Panthéon est depuis plus d’un siècle la nécropole laïque des «grands hommes» français, dont la «patrie reconnaissante» veut honorer la mémoire. Parmi les 80 «panthéonisés», figurent seulement cinq femmes, dont Simone Veil, la dernière personnalité à l’avoir été, en 2018.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion