Affaire Wikileaks – Julian Assange se voit accorder l'asile politique

Publié

Affaire WikileaksJulian Assange se voit accorder l'asile politique

Le gouvernement équatorien a annoncé ce jeudi accorder une protection diplomatique au créateur de Wikileaks, sous la menace d'une expulsion de Grande Bretagne pour agression sexuelle en Suède.

«L’Équateur a décidé d'accorder l'asile politique à Julian Assange après la demande adressée au président», a annoncé jeudi le ministre des Affaires étrangères, Ricardo Patino lors d'une conférence de presse à Quito. Selon M. Patiño, l’Équateur a considéré que si M. Assange «était placé en détention préventive en Suède, se produirait une chaîne d'évènenements qui ne pourrait éviter son extradition» dans un pays tiers comme des États-Unis.

Aux États-Unis, M. Assange «pourrait être jugé par des tribunaux spéciaux ou militaires et il n'est pas improbable qu'un traitement cruel et dégradant lui soit réservé et qu'il soit condamné à la peine capitale», a estimé le ministre. Le ministre a également rappelé qu'au terme de près de deux mois de «dialogue au plus haut niveau» avec les gouvernements des États-Unis, du Royaume Uni et de la Suède, son pays avait réuni de «sérieux indices» accréditant la possibilité de «représailles» contre M. Assange «qui peuvent mettre son intégrité, sa sécurité, et même sa vie en danger». Une décision qui «ne change rien», selon le ministre des Affaires étrangères britannique qui assure que Julian Assange sera bel et bien extradé de son territoire.

Quelques heures plus tôt, le gouvernement britannique s'était dit dans l'obligation légale d'extrader Julian Assange, recherché par la justice suédoise pour être entendu au sujet d'accusations de viol et d'agression sexuelle portées contre lui par deux anciennes bénévoles du site. L'Australien de 41 ans s'est réfugié le 19 juin à l'ambassade équatorienne de Londres après le rejet de son appel contre la demande d'extradition de Stockholm.

(L'essentiel Online/ats)

Ton opinion