Europe/Brexit – Juncker «aime trop les Anglais» pour les «punir»
Publié

Europe/BrexitJuncker «aime trop les Anglais» pour les «punir»

Le président luxembourgeois de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a participé à un questions-réponses avec trois Youtubeurs. Évoquant notamment le Brexit.

Jean-Claude Juncker a participé à une séance de questions-réponses avec des jeunes Youtubeurs, sur la chaîne Euronews.

Jean-Claude Juncker a participé à une séance de questions-réponses avec des jeunes Youtubeurs, sur la chaîne Euronews.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a assuré jeudi qu'il n'envisageait pas un «hard Brexit», à savoir un départ du Royaume-Uni de l'UE sans accord sur une future relation commerciale bilatérale. «Mon hypothèse de travail est qu'il y aura un "deal"», a-t-il déclaré lors d'une séance de questions-réponses avec des jeunes Youtubeurs, sur la chaîne Euronews.

«Je ne veux pas imaginer une situation où la Grande-Bretagne quittera (l'UE) comme ça en disant "Goodbye", sans qu'il y ait un arrangement concernant le futur. Je ne m'inscris pas dans ce qu'on appelle un "hard Brexit"», a-t-il ajouté.

Pas de menaces

Le chef de l'exécutif européen a aussi réfuté avoir voulu «menacer» Londres, en déclarant mercredi au Parlement européen, à l'adresse d'eurodéputés europhobes britanniques qui l'interpellaient sur le Brexit: «Vous le regretterez aussi». «Moi je ne voudrais pas punir, sanctionner, faire souffrir le Royaume-Uni», a assuré M. Juncker, «j'aime trop les Anglais».

Le Royaume-Uni et l'Union européenne sont actuellement en négociations pour régler les modalités du divorce, après le vote par référendum intervenu outre-Manche en juin 2016. Les négociations sont censées aboutir d'ici le 29 mars 2019.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion