Juncker en appelle aux banques
Publié

Juncker en appelle aux banques

Selon le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, les améliorations de la situation du crédit «ne sont pas suffisantes». Appelant le secteur bancaire à mieux répondre aux besoins des entreprises.

Juncker comme Lagarde appellent les banques à «maintenir en marche l'économie réelle». (AFP)

Juncker comme Lagarde appellent les banques à «maintenir en marche l'économie réelle». (AFP)

«Nous notons un certain nombre d'améliorations mais elles ne nous paraissent pas suffisantes», a déclaré le Luxembourgeois lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion des ministres des Finances des seize pays partageant l'euro.

«Par conséquent, nous ré adressons au secteur du crédit l'appel à répondre présent lorsque les entreprises, notamment les petites et moyennes entreprises, s'adressent à lui», a-t-il ajouté. «Le crédit doit circuler».

«Lorsque je discute avec les banques, elles me disent qu'il n'y a aucune forme de rétrécissement du crédit. Lorsque je parle aux entreprises, elles me disent le contraire», a-t-il expliqué pour justifier cet appel, notant que beaucoup de ses homologues «font état d'expériences analogues». Et d'insister sur le fait que le secteur du crédit devait faire «ce qu'il doit faire pour maintenir en marche l'économie réelle».

Ne pas laisser filer les déficits publics

La crise financière qui a éclaté l'été dernier s'est traduite au départ par une raréfaction des crédits, qui plombe désormais l'économie réelle avec un recul du PIB qui devrait atteindre 1,9% cette année dans la zone euro, selon les prévisions économiques actualisées de la Commission européenne, publiées lundi.

Ces mauvais chiffres ne doivent pas pour autant plomber les déficits. Les pays de la zone Euro «n'abandonnent pas l'objectif de consolidation des finances publiques» et devront se doter d'une «stratégie de sortie des déficits», a souligné lundi le président de l'Eurogroupe qui a «réaffirmé la nécessité qu'il y a de respecter le Pacte (de stabilité) dans toutes ses dispositions»

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion