Rapport SREL – Juncker ne parlera que deux heures

Publié

Rapport SRELJuncker ne parlera que deux heures

LUXEMBOURG – Alors que le rapport sur le SREL sera présenté vendredi, le Premier ministre avait réclamé quatre heures pour s’exprimer mercredi prochain lors du débat à la Chambre. Il n'aura finalement droit qu'à deux heures.

Juncker veut s'exprimer longuement sur la question. (editpress)

Juncker veut s'exprimer longuement sur la question. (editpress)

Les députés de la commission d’enquête sur le SREL ont travaillé jusqu’à 23h, mercredi, dans l’espoir de boucler leur rapport dans les temps. En vain. Après avoir repris le texte de 130 pages phrase par phrase, ils ne sont pas parvenus à y mettre un point final pour une présentation ce jeudi. Les huit membres de la commission se retrouveront donc à 15h et le texte sera soumis au vote, vendredi, à partir de 12h30.

Un point divise sensiblement les parlementaires: la responsabilité de Jean-Claude Juncker. Le chef de la fraction CSV, Gilles Roth, est déterminé à préserver le Premier ministre tandis que le DP et Déi Gréng estiment qu’il doit rendre des comptes. De son côté, le LSAP a tenté de jouer la carte de l’apaisement en faisant changer le terme «responsabilité incontestable» en «responsabilité engagée».

Plus de 24 heures de débats?

Une fois le rapport définitivement ficelé et voté, il sera débattu à la Chambre des députés, mercredi prochain. Le Premier ministre a réclamé quatre heures pour s’exprimer sur un sujet qui fait vaciller son gouvernement depuis des semaines. Un temps de parole assez rare, indique Laurent Mosar, président de la Chambre, contacté par L'essentiel Online. La conférence des présidents s'est réunie jeudi à 11h pour aborder la question «car il est important que chaque fraction ait assez de temps pour s'exprimer sur un débat aussi important». Le Premier ministre pourra s'exprimer pendant deux heures, le rapporteur, François Bausch (Déi Gréng) pendant une heure, tout comme l'ensemble des fractions. Les sensibilités politiques auront droit à 20 minutes. Jean-Claude Juncker pourra reprendre la parole 30 minutes à l'issue du débat. Au total, les interventions pourront donc durer plus de huit heures.

Un temps beaucoup moins important que si le Premier ministre s'était effectivement exprimé durant quatre heures, chaque fraction politique pouvant en faire autant, pour un total de 24 heures de temps de parole.

(MC/L'essentiel Online)

Ton opinion