Contre la crise européenne – Juncker propose l'émission d'«E-obligations»

Publié

Contre la crise européenneJuncker propose l'émission d'«E-obligations»

Le président de l'Eurogroupe et le ministre italien des Finances Giulio Tremonti ont proposé lundi la création d'obligations européennes pour tenter de mettre fin à la crise européenne.

MM. Juncker et Tremonti, dans une tribune signée conjointement dans le Financial Times, ont appelé les dirigeants européens à l'introduction rapide de ces «E-obligations», afin d'envoyer un message aux marchés et aux citoyens sur «l'irréversibilité de l'euro». Le dispositif créerait «un marché mondial de capitaux pour les obligations européennes» qui, écrivent-ils, aiderait à protéger les pays de la spéculation et attirer de nouveaux capitaux en Europe.

«Nous pensons que ce dispositif apporterait une réponse forte, crédible et au bon moment, à la crise actuelle des dettes souveraines», selon M. Juncker et M. Tremonti. Selon eux, le Conseil européen pourrait prendre des mesures afin de créer une agence qui émettrait ces obligations dès ce mois.

Réunion à Bruxelles

Mais l'Allemagne, la première économie d'Europe, doute de la possibilité d'émettre rapidement ces «E-obligations», mettant en lumière les divisions de la zone euro sur les façons de résoudre la crise de la monnaie unique. Pour le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, interrogé par le Financial Times lundi, l'émission de ces obligations ne serait pas possible «sans changements fondamentaux» dans la structure de l'Europe, dit-il. Selon lui, il faut absolument que les gouvernements maintiennent la discipline dans leurs budgets et soient susceptibles de sanctions s'ils ne le font pas.

Cette proposition intervient alors que les ministres des Finances de la zone euro se retrouvent ce lundi à Bruxelles afin d'étudier le plan d'aide à l'Irlande et les mécanismes anti spéculatifs à mettre en place. Le plan de sauvetage de l'Irlande est également à l'épreuve dans le pays lui-même, alors que le gouvernement irlandais aborde mardi une longue bataille à l'issue incertaine au Parlement, avec la présentation du budget 2011, premier volet d'une sévère cure d'austérité conditionnant l'aide de l'Europe et du FMI.

Ton opinion