Xavier Bettel: Jusqu'à cinq tranches d'index attendues d'ici à la fin 2023

Publié

Xavier BettelJusqu'à cinq tranches d'index attendues d'ici à la fin 2023

LUXEMBOURG – Xavier Bettel, Premier ministre, a dit vouloir trouver des solutions face à la forte hausse des prix, après avoir rencontré les partenaires sociaux.

par
Joseph Gaulier
Xavier Bettel a livré «son sentiment personnel» avant le début de négociations.

Xavier Bettel a livré «son sentiment personnel» avant le début de négociations.

SIP/Jean-Christophe Verhaegen

Face à la crise actuelle, «il est impératif de trouver des solutions», a martelé mercredi Xavier Bettel, Premier ministre, après avoir rencontré les partenaires sociaux. «L’inflation pèse sur les citoyens et les entreprises, ils ont besoin de soutien», a-t-il lancé, après avoir rencontré les représentants du patronat puis des syndicats. Cette réunion précède la tripartite, à partir de dimanche.

L’heure n’était pas encore aux négociations, mais à l’analyse des faits, afin d’avoir «le meilleur aperçu possible de la situation». Or, «selon les différents scénarios, deux, trois ou quatre tranches d’indexation des salaires pourraient tomber d’ici fin 2023, en plus de celle de juillet 2022 qui a été décalée à avril 2023», a expliqué le chef du gouvernement. Le scénario central évoque en effet un taux d’inflation à 6,6% pour cette année, un taux très élevé qui a des conséquences au quotidien: «Les gens voient leurs factures d’énergie exploser, le montant des prêts augmenter. Il n’est pas possible que les gens se demandent s’ils vont chauffer leur logement cet hiver».

«Le gouvernement est ouvert aux discussions»

Nora Back, OGBL

«Les perspectives de notre économie à 12 ou 18 mois sont sombres», a réagi en écho Michel Reckinger, président de l’Union des entreprises du Luxembourg (UEL). Selon lui, «il faut trouver des solutions, qui ne peuvent pas passer par le paiement de cinq index en un an». Il estime que «si tout le monde est responsable, un accord sera signé». Nora Back, présidente de l’OGBL, non signataire de l’accord à l’issue de la précédente tripartite, reconnaît que le gouvernement était «prévenant» et «ouvert aux discussions». Elle se réjouit des données livrées par le gouvernement et espère que le «scénario catastrophe» de forte inflation ne se réalisera pas.

Il est encore trop tôt pour parler de mesures concrètes, en attendant les négociations. «Une situation exceptionnelle nécessite des moyens exceptionnels», a d’abord glissé Xavier Bettel, avant de rappeler le cadre budgétaire: «Nous nous sommes engagés à ne pas dépasser un endettement de 30% du PIB, il faut voir ce que l’on peut faire avec nos moyens». Pour financer le soutien aux acteurs économiques, «tous les scénarios sont sur la table», y compris une taxation des profits des compagnies de l’énergie: «c’est discuté au niveau européen et nous ne nous y opposons pas».

Ton opinion

68 commentaires