Résultats 2019 – Kinsch quitte EY sur une croissance solide
Publié

Résultats 2019Kinsch quitte EY sur une croissance solide

LUXEMBOURG - Alain Kinsch, le futur ex-managing partner d’EY, va passer la main, après une croissance des résultats de 60% en cinq ans.

Alain Kinsch (g.) assure la transition avec Olivier Coekelbergs.

Alain Kinsch (g.) assure la transition avec Olivier Coekelbergs.

Editpress

«C’est ma onzième et dernière présentation». Alain Kinsch, managing partner d’EY Luxembourg de la dernière décennie, quitte la société sur une performance financière «extraordinaire». Le chiffre d’affaires de la firme d’audit et de conseil progresse de 13% à 263 millions d’euros pour l’année fiscale clôturée au 30 juin dernier, selon un bilan présenté lundi.

«Depuis 2009 et l’installation de la nouvelle équipe de dirigeants, il n’y a jamais eu un aussi haut taux de croissance», a commenté Alain Kinsch, qui prépare la transition avec son successeur Olivier Coekelbergs depuis décembre, avant de quitter la société à la fin de l’année. Le futur ex-patron va couper un peu, continuer à siéger au Conseil d’État, et reste discret sur ce qu’il fera par la suite.

Externalisation et digitalisation

La pandémie de Covid, qui a légèrement impacté les résultats sur trois mois, «est un appel pour l’accroissement de l’externalisation de certaines activités qui ne sont pas considérées comme cœur de métier par les entreprises. On va clairement se positionner là-dessus», indique Olivier Coekelbergs.

L’accélération de la digitalisation, avec l’automatisation de fonctions internes, est aussi une source d’opportunités, particulièrement dans le conseil. La transformation digitale est aussi observée dans le métier de l’audit, où l’alternatif (real estate, private equity) a continué à bien se développer, comme l’ICT et les Fintech, relève Olivier Lemaire, responsable du département.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion