Politique américaine – Kirstjen Nielsen, le visage de la tolérance zéro

Publié

Politique américaineKirstjen Nielsen, le visage de la tolérance zéro

Aux États-Unis, la polémique sur les enfants clandestins séparés de leurs parents met en lumière la ministre de la Sécurité intérieure, jusqu'alors plutôt discrète.

Kirstjen Nielsen, jusqu'alors peu connue du grand public, est désormais la cible de violentes critiques.

Kirstjen Nielsen, jusqu'alors peu connue du grand public, est désormais la cible de violentes critiques.

AFP/Brendan Smialowski

La ministre américaine à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, se retrouve en première ligne pour justifier les séparations controversées de clandestins à la frontière. Aux cris de «honte à vous», mardi, des activistes ont interrompu avec fracas le dîner de Mme Nielsen, dans un restaurant mexicain de Washington. Dans une vidéo d'une dizaine de minutes publiée sur les réseaux sociaux, on peut voir plusieurs militants prendre à partie une femme blonde attablée dans un restaurant, la tête baissée dans la pénombre.

Cette élégante femme aux cheveux blonds s'est affirmée comme le visage de la tolérance zéro prônée par Donald Trump. Le gouvernement «appliquera toutes les lois à sa disposition», même si cela signifie écarter des enfants de leurs parents, a martelé Mme Nielsen. Cette femme de 46 ans est pourtant réputée ne pas être favorable à cette mesure qui a déclenché un tollé national. Mais la juriste sait offrir des gages de fidélité à M. Trump.

Demandes de démission

Kirstjen Nielsen l'a fait en reprenant mot pour mot l'argument selon lequel le Congrès devait impérativement agir pour éviter ces séparations parents/enfants. Le président avait des doutes sur la capacité de cette femme à tenir les rênes du Department of Homeland Security (DHS), un super ministère doté d'un budget énorme. Ces derniers mois, le président n'a pas caché son irritation face aux arrivées de clandestins à la frontière méridionale et à l'absence d'avancées sur son projet de mur. Mme Nielsen s'est retrouvée sur la sellette.

La patronne de la minorité démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a exigé la démission de Mme Nielsen, dans un tweet reposté 36 000 fois. «Elle permet à Trump de garder impitoyablement des enfants vulnérables en otages, de les utiliser en monnaie d'échange. C'est plus que moralement condamnable», a estimé Mme Pelosi. Les quatre anciennes premières dames toujours vivantes, et l'actuelle, Melania Trump, se sont, elles, toutes déclarées choquées que des enfants soient arrachés à leurs parents.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion