Cultes au Luxembourg – L'accord adopté, la Constitution sera changée
Publié

Cultes au LuxembourgL'accord adopté, la Constitution sera changée

LUXEMBOURG - Au terme d'un long débat, la majorité des députés ont voté pour une modification de la Constitution et en faveur de l'accord entre les cultes et le gouvernement.

Les députés ont approuvé l'accord entre le gouvernement et les cultes.

Les députés ont approuvé l'accord entre le gouvernement et les cultes.

Editpress

Le programme était chargé ce mercredi à la Chambre. Les députés ont, d'une part, approuvé l'accord entre le gouvernement et les cultes (32 députés pour, 28 contre). D'autre part, 55 députés (dont ceux du CSV) se sont prononcés en faveur d'une modification de la Constitution. Pour rappel, le changement de la Constitution est nécessaire à la mise en application de la nouvelle convention sur les cultes. «Sans l’abrogation des articles 22 et 106, l’accord sera caduque», avait ainsi précisé Xavier Bettel, mardi, à la Chambre.

L'article 106 (NDLR: qui parle des traitements et pensions des ministres des cultes) sera supprimé et remplacé par un nouvel article qui fera état de la neutralité de l’État en matière religieuse et de son impartialité en vertu de la séparation de l’État et des communautés religieuses. Ce deuxième vote enterre donc la quatrième question qui devait être posée lors du référendum de juin prochain.

Le CSV dit oui mais...

Depuis l'annonce de l'accord entre les cultes et le gouvernement, la question de la séparation de l'Église et de l'État a souvent été mise sur la table. Le flou régnait. Pour Xavier Bettel, il n'en est rien. «L’État n'a aucune obligation à l'égard des communautés religieuses, ce qui est une nette séparation entre l’Église et l’État» a-t-il encore une fois souligné ce mercredi, devant les députés.

Le gouvernement peut souffler un peu. D'autant plus que ce n'était pas gagné. Avant que les débats ne commencent à la Chambre, le député CSV Laurent Mosar avait lancé les festivités. Le CSV s’est prononcé pour une modification de la Constitution luxembourgeoise mais contre la convention, a-t-il lancé sur Twitter.

Le parti d’opposition évoquait le flou juridique du texte, notamment en ce qui concerne les fabriques des églises. De plus, il exige le maintien du cours de religion à l'école. L'accord entre les cultes et la coalition prévoit en effet la mise en place d'un cours unique de valeur morale.

(Fatima Rougi/jt/L'essentiel)

Un référendum en 2016

Les modifications de la Constitution seront soumises à l'approbation des citoyens, à l'occasion d'un référendum, en 2016. Celui de juin prochain, avec désormais trois questions, n'est en effet que consultatif. La réforme de la constitution continuera à se préparer en fonction des réponses des électeurs. Lors du vote de 2016, les citoyens devront répondre à une seule question, pour approuver, ou rejeter, la nouvelle constitution dans sa globalité.

Ton opinion