Pour les syndicats – «L'action du gouvernement n'a aucune logique»
Publié

Pour les syndicats«L'action du gouvernement n'a aucune logique»

LUXEMBOURG - L'annonce, la semaine dernière en Conseil de gouvernement d'une contribution de 0,5% pour financer les crèches, fait vivement réagir les syndicats. La ministre de la Famille, elle, s'explique.

Selon Corinne Cahen, ministre de la Famille (DP), «les détails du mécanisme de financement sont en train d’être étudiés et définis par le ministère des Finances et celui de l’Éducation nationale».

Selon Corinne Cahen, ministre de la Famille (DP), «les détails du mécanisme de financement sont en train d’être étudiés et définis par le ministère des Finances et celui de l’Éducation nationale».

Editpress

Après l'annonce surprise, la semaine dernière, de la mise en place d'une «contribution» de 0,5% destinée à financer la gratuité de l'accueil des enfants de 0 à 3 ans et les crèches multilingues, le temps est désormais aux demandes d'explications. Mercredi, l'OGBL a officiellement fait part de sa position, deux jours après avoir rencontré la ministre de la Famille, Corinne Cahen (DP). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les deux parties ne sont pas sur la même longueur d'onde.

«Ce que fait le gouvernement n'a pas de logique, assure André Roeltgen, secrétaire général de l'OGBL, contacté par L'essentiel. Il parle dans un premier temps de soulager les citoyens au travers d'une réforme fiscale, puis il met sur la table des hausses d'impôts». Et les propos tenus par la ministre n'ont visiblement pas convaincu le syndicaliste qui précise que la rencontre «ne nous a pas permis de devenir plus intelligent sur cette taxe spéciale dont les contours restent toujours flous». Un point de vue également partagé par le LCGB qui doit rencontrer jeudi matin la ministre et qui s'étonne de la manière dont les choses se déroulent. «Nous avons appris cette idée en même temps que tout le monde la semaine dernière, au travers de la presse, précise le porte-parole du syndicat. Nous étions habitués à d'autres formes de dialogue par le passé».

Hausse prévue en même temps que celle de la TVA

Pour de ce qui est de la contribution spéciale de 0,5%, le ministère de la Famille précise, dans un communiqué, que «ce mécanisme ne servira pas à cofinancer les allocations familiales», sans toutefois en préciser les modalités, puisque «les détails du mécanisme de financement sont en train d’être étudiés et définis par le ministère des Finances et celui de l’Éducation nationale». Un manque de clarté que dénoncent OGBL et LCGB. Alors que le premier critique «le changement de paradigme qui revient à faire payer tous les citoyens et à tourner en dérision une philosophie basée sur la justice sociale», le second pointe du doigt «une logique basée non plus sur les besoins des familles, mais sur une logique budgétaire».

Deux visions complémentaires qui arrivent à la même conclusion: «Au final, nous allons assister à une perte du pouvoir d'achat, que ce soit des résidents ou des travailleurs frontaliers». Car la taxe spéciale doit entrer en vigueur au 1er janvier 2015, soit la même date que la hausse annoncée de la TVA. Deux hausses qui pourraient être compensées en partie par le versement de la prochaine tranche indiciaire qui doit intervenir en mars 2015.

(Jmh et JT/L'essentiel)

Ton opinion