Attaques terroristes – L'aéroport d'Amsterdam était-il aussi visé?

Publié

Attaques terroristesL'aéroport d'Amsterdam était-il aussi visé?

Un membre de la cellule jihadiste de Paris et Bruxelles s'est rendu le 13 novembre 2015, à l'aéroport d'Amsterdam, pour repérer où il serait possible de cacher armes et explosifs.

Cet aéroport intrigue les enquêteurs.

Cet aéroport intrigue les enquêteurs.

AFP

Né en Suède de parents réfugiés syriens, Osama Krayem, 28 ans, avait été arrêté le 8 avril à Bruxelles et est depuis détenu en Belgique. Quelques heures avant les attaques dans la capitale française, le 13 novembre 2015, il avait pris un car à Bruxelles avec un autre membre présumé de la cellule, Sofiane Ayari, pour se rendre à Amsterdam. Après avoir refusé de s'expliquer sur les raisons de ce voyage, Krayem, réentendu en octobre et novembre par les enquêteurs belges, a finalement indiqué avoir été missionné pour aller à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol «repérer des consignes d'un volume assez important afin qu'il y soit entreposé des armes, des explosifs ou de l'argent», d'après la source proche du dossier.

Il a dit «avoir déambulé (...) approximativement deux heures sans localiser de consignes» puis être reparti. Cet aéroport intrigue les enquêteurs. Au lendemain des attentats du 22 mars 2016 dans la capitale belge, un ordinateur avait été retrouvé près d'une des planques des jihadistes dans la commune bruxelloise de Schaerbeek. À l'intérieur de ce portable, un dossier «13 novembre» contenant plusieurs sous-fichiers faisant écho aux différents commandos et à des lieux, dont un intitulé «groupe Schiphol». «Des investigations sont toujours menées en vue d'identifier le projet "Schiphol". Les terroristes voulaient peut-être s'y attaquer ou s'en servir comme base de repli», relève une source proche de l'enquête.

Ahmed Dahmani, un logisticien présumé des attentats parisiens, est d'ailleurs parti de cet aéroport le 14 novembre pour la Turquie où, interpellé deux jours plus tard, il est toujours en détention. Krayem a regagné l'Europe depuis la Syrie en septembre 2015 en passant, comme plusieurs des kamikazes du 13 novembre, par l'île grecque de Leros avant d'être récupéré à Ulm (Allemagne) par Salah Abdeslam. Son ADN a notamment été retrouvé dans des caches en Belgique ayant hébergé les membres des commandos. Il est aussi soupçonné d'avoir acheté les sacs utilisés pour les attaques contre la capitale belge et avait été filmé par la vidéosurveillance en compagnie du kamikaze du métro de Bruxelles, Khalid El Bakraoui, quelques minutes avant l'attentat. Inculpé en Belgique, il est visé depuis le 21 novembre par un mandat d'arrêt délivré par la France.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion