Aux Etats-Unis – L'âge des candidats à la Maison-Blanche interroge

Publié

Aux États-UnisL'âge des candidats à la Maison-Blanche interroge

Donald Trump, qui brigue un second mandat, aura 74 ans en 2021. Côté démocrates, Bernie Sanders et Joe Biden, les deux actuels favoris des sondages, seront encore plus vieux.

Bernie Sanders, Donald Trump et Joe Biden.

Bernie Sanders, Donald Trump et Joe Biden.

Avec un trio de septuagénaires en tête des sondages pour l'élection présidentielle de 2020 et une meute de jeunes loups à l'affût, les électeurs américains doivent répondre à la question inévitable de l'âge du prochain locataire de la Maison-Blanche. Donald Trump, qui brigue un second mandat, aura 74 ans à l'investiture du prochain président en janvier 2021, après avoir été le candidat le plus âgé à être élu. En 2016, il avait lui-même utilisé l'argument contre Hillary Clinton, un an plus jeune, estimant qu'elle manquait «d'énergie physique et mentale». Côté démocrates, les deux actuels favoris des sondages seront encore plus vieux: 79 pour le sénateur libéral Bernie Sanders, 78 pour l'ancien vice-président Joe Biden, qui doit encore confirmer sa candidature.

Loin derrière eux, d'autres prétendants se démarquent au contraire par leur jeunesse: Tulsi Gabbard et Pete Buttigieg (37 ans), Julian Castro (44 ans) et Cory Booker (49 ans). La coqueluche des médias, Beto O'Rourke (46 ans), a étalé ses qualités athlétiques samedi en participant à une course à pied de 5 kilomètres dans l'Iowa, où il a entamé une campagne débordante d'énergie pour l'investiture démocrate. Côté démocrate, l'Histoire a montré que la présidentielle souriait aux candidats dans la fleur de l'âge: Harry Truman fut le seul candidat de plus de 55 ans à être élu à la Maison-Blanche, en 1948. Joe Biden et Bernie Sanders revendiquent leur expérience dans les arcanes de Washington, dénoncent les préjugés antipersonnes âgées et assurent encore déborder d'énergie.

«Son âge n'est pas important, je n'ai pas de raison de penser qu'il n'est pas en bonne santé»

Pour Bernie Sanders, les électeurs ne doivent pas choisir leur candidat sur la base «de son orientation sexuelle, de son sexe ou de son âge», même s'il s'est récemment entaillé la tête en glissant dans sa douche. Et, comme il y a quatre ans, quand il avait tenu l'Amérique en haleine pendant la primaire démocrate, ses partisans sont d'accord. «Son âge n'est pas important, je n'ai pas de raison de penser qu'il n'est pas en bonne santé», dit à l'AFP Garrick Dodson, qui aura 18 ans l'année prochaine. Il fait partie des nombreux «Millenials» attirés par le programme résolument à gauche de M. Sanders, qui a selon lui «inspiré toute une génération de jeunes» en 2016. «J'adore Bernie Sanders et je voterai pour lui quoi qu'il arrive», ajoute le jeune homme.

En face, M. Trump désespère les nutritionnistes avec son appétit pour les hamburgers et le coca light. Mais il fait du golf, ne fume pas et ne boit pas d'alcool. En février, le médecin de la Maison-Blanche l'a déclaré «en très bonne santé» et assuré «qu'il en sera ainsi le temps de son mandat et au-delà». Ses détracteurs se disent pourtant inquiets de sa santé mentale, en soulignant son usage erratique de Twitter. George Conway, mari de Kellyanne, conseillère spéciale du président, a affirmé que «son état se détériorait», une allégation fermement démentie par la Maison-Blanche.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion