L'Allemagne refuse toute pression sur l'A400M

Publié

L'Allemagne refuse toute pression sur l'A400M

L'Allemagne ne veut pas payer plus pour l'Airbus A400M. Le Luxembourg botte en touche.

Mise sous pression pour éponger avec ses partenaires européens les surcoûts de l’avion de transport militaire A400M, l’Allemagne résiste. Avec 60 appareils, Berlin a passé la plus lourde commande pour l’appareil de transport militaire.

La France en a commandé 50exemplaires, le Luxembourg un seul. Et Berlin se refuse à payer plus cher des avions qui n'arrivent pas. Le programme lancé en 2003 pour un coût de 20 milliards d’euros a vu son budget exploser. Airbus demande aux clients de partager la charge des dépassements de budget et réclame 5 milliards d'euros. L'Allemagne est prête à payer seulement 650 millions d’euros supplémentaires.

Berlin semble seul à envisager réellement l'abandon du programme. Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, assure qu'il «n’envisageait pas» un échec. Son homologue luxembourgeois, Jean-Marie Halsdorf, a déclaré sur DNR que l'A400M était un «projet important» mais que le Grand-Duché ne le soutiendrait pas «à n'importe quel prix».

Du côté d'Airbus, les salariés s'inquiètent des conséquences pour l'emploi. L'A400M ferait travailler environ 8000 personnes au sein du groupe EADS.

Ton opinion