Carnet noir – L'ancien cycliste Claudy Criquielion est mort

Publié

Carnet noirL'ancien cycliste Claudy Criquielion est mort

L'ancien champion du monde sur route, victime d'un «grave AVC» dans la nuit de dimanche à lundi, s'est éteint ce mercredi, à l'âge de 58 ans.

L'ancien champion cycliste belge Claudy Criquielion (58 ans) est décédé ce mercredi. Dans la nuit de dimanche à lundi, il avait été victime d'un grave accident vasculaire cérébral (AVC) et transporté d'urgence à l'hôpital d'Alost. Son décès a été constaté mercredi matin, à 9h. Dans un communiqué, sa famille a précisé qu'elle allait mettre à exécution une procédure de don d'organes.

Claudy Criquielion laissera l'image d'un champion généreux et offensif, l'un des meilleurs de sa génération dès que la route s'élevait. «Le Crique» avait mené sa carrière professionnelle de 1979 à 1991, décrochant le titre mondial en 1984 à Bercelone. Avec Philippe Gilbert, il est considéré comme l'un des plus illustres coureurs wallons de l'histoire. Un Wallon aux airs de Flamand. Puisqu'il est à ce jour le dernier vainqueur wallon du Tour des Flandres. C'était en 1987.

«Mes terrains d'entraînement, ce ne sont pas les côtes de l'Ardenne mais bien davantage les bosses de Flandre», se plaisait-il à répéter. Il habitait effectivement non loin des routes qui ont fait la légende du «Ronde». Reste que son plus grand regret est de n'avoir jamais remporté Liège-Bastogne-Liège, que ce grimpeur présentait comme la plus belle des courses pour un attaquant de sa trempe. "Le Crique" s'y est incliné en effet à trois reprises, de justesse, face à l'Italien Moreno Argentin, bien meilleur sprinter que lui. «C'est mon plus grand regret, racontait-il dans les colonnes du quotidien Le Soir. On a attendu que je prenne ma retraite pour modifier le parcours qui se termine désormais -enfin!- par une bosse».

Privé d'un deuxième titre mondial

Faute de «Doyenne», son palmarès compte tout de même de sacrés faits d'armes. Parmi sa soixantaine de succès professionnels, figurent notamment un Tour des Flandres (1987), la Clasica San Sebastian (1983), deux Flèches wallonnes (1985 et 1989) et le Tour de Romandie (1986). Ainsi qu'un titre de champion de Belgique en 1990. Ce palmarès aurait été plus impressionnant encore sans ses limites au sprint et en contre-la-montre, exercice qu'il détestait. Malgré ces lacunes, il s'est classé tout de même à cinq reprises dans le top-10 du Tour de France, 5e en 1986.

Il avait aussi été privé d'un deuxième titre mondial en 1984, chez lui à Renaix, lorsque le Canadien Steve Bauer l'avait balancé dans les barrières alors qu'il s'apprêtait à remporter un sprint qui sacra finalement l'Italien Fondriest, tout surpris de s'imposer.

(pp/L'essentiel)

Ton opinion