Football – L'ancien messin Sarr privé de CAN par son club

Publié

FootballL'ancien messin Sarr privé de CAN par son club

La Fédération sénégalaise de football a condamné samedi la décision de Watford de «bloquer» son attaquant Ismaïla Sarr, actuellement blessé, pour la Coupe d'Afrique des nations.

Ismaïla Sarr évolue à Watford depuis 2019.

Ismaïla Sarr évolue à Watford depuis 2019.

AFP/Glyn Kirk

La FSF «tient à exprimer sa profonde réprobation du comportement irrespectueux, pernicieux et discriminatoire des dirigeants de Watford qui cherchent par tous les moyens à empêcher un joueur de jouer avec sa sélection nationale», a-t-elle écrit.

L'instance a réagi à un courrier en date du 31 décembre 2021, envoyé par les Londoniens pour «bloquer le joueur Ismaïla Sarr qui a exprimé sa volonté de rejoindre la sélection sénégalaise». La question épineuse de la libération des internationaux africains fait débat depuis plusieurs semaines, des clubs européens mettant en avant leurs inquiétudes face à la pandémie pour les retenir.

Blessé depuis novembre

La CAN (qui se termine le 6 février) se déroule aussi en même temps que les principaux championnats, un conflit de calendrier qui n'arrange personne. Face à la grogne de certaines équipes, notamment en Angleterre, la Fifa a consenti le 26 décembre à décaler la date de mise à disposition des joueurs africains à leurs sélections, du 27 décembre au 3 janvier.

Ismaïla Sarr (23 ans), passé par le FC Metz et le Stade rennais, a marqué cinq buts en Premier League cette saison avant de se blesser à un genou fin novembre. Il n'a plus rejoué depuis.

Sa disponibilité pour la CAN reste incertaine, selon Watford, dont la gestion des internationaux africains a aussi fait polémique au Nigeria, au sujet de Emmanuel Dennis. Les «Super Eagles» ont convoqué dans un premier temps l'attaquant, avant de l'excuser et de le remplacer, après que son club «a montré les crocs», comme l'a écrit la Fédération nigériane. Le Sénégal, finaliste en 2019, fait partie des favoris pour remporter la CAN en février.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion