En Egypte – L'ancien président Moubarak a été libéré

Publié

En ÉgypteL'ancien président Moubarak a été libéré

Après la décision de la justice début mars de le libérer, l'ancien leader égyptien a quitté l'hôpital militaire du Caire, où il a été emprisonné 6 ans.

La justice avait décidé au début du mois de libérer le dirigeant après son acquittement pour la mort de manifestants en 2011 durant la révolte qui avait provoqué sa chute.

La justice avait décidé au début du mois de libérer le dirigeant après son acquittement pour la mort de manifestants en 2011 durant la révolte qui avait provoqué sa chute.

Keystone

L'ex-président égyptien Hosni Moubarak est désormais libre et a quitté l'hôpital militaire du Caire dans lequel il a passé l'essentiel de ses six années de détention, a indiqué ce vendredi son avocat Farid al-Deeb. La libération de M. Moubarak qui avait régné sans partage sur le pays pendant 30 ans, vient briser définitivement les aspirations nées d'une révolution qui avait porté l'espoir d'un régime plus démocratique.

Outre M. Moubarak, son ex-ministre de l'Intérieur, Habib al-Adly, qui symbolise la torture et les abus du régime, a aussi été acquitté pour les meurtres de manifestants pendant la révolte. En revanche, Alaa Abdel Fattah et Ahmed Douma deux des plus importants meneurs de la révolution, sont toujours en prison. Depuis que l'actuel président Abdel Fattah al-Sissi, ex-chef de l'armée, a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013, il dirige à son tour le pays d'une main de fer, éliminant toute forme d'opposition.

Moubarak a été jugé dans deux grandes affaires depuis son départ du pouvoir. Il a notamment été accusé d'avoir incité au meurtre de manifestants pendant la révolte, au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées lors d'affrontements avec la police. Condamné à la prison à vie en 2012, il a été blanchi en 2014. Et le 2 mars dernier, la cour de Cassation a confirmé cet acquittement. Toutefois, jeudi, la justice a ordonné la réouverture d'une enquête pour corruption contre l'ex-président, liée à des cadeaux pour lui et sa famille de la part du quotidien gouvernemental Al-Ahram, d'une valeur d'environ un million de dollars.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion