Cour des comptes européenne – L'argent de l'UE continue à être mieux dépensé
Publié

Cour des comptes européenneL'argent de l'UE continue à être mieux dépensé

LUXEMBOURG - La Cour des comptes européenne indique dans son dernier rapport annuel que la tendance à la baisse du niveau d'erreur dans les dépenses de l'UE se poursuit.

Dans son rapport, la Cour des comptes européenne, dont le siège est établi à Luxembourg-Ville, a validé les comptes de l'UE, les jugeant «fiables».

Dans son rapport, la Cour des comptes européenne, dont le siège est établi à Luxembourg-Ville, a validé les comptes de l'UE, les jugeant «fiables».

Le niveau d'erreur dans les dépenses de l'Union européenne a continué de baisser. C'est en tout cas ce qu'indique la Cour des comptes européenne dans son dernier rapport annuel, relatif à l'exercice 2017. «Pour la seconde année consécutive, nous avons été en mesure d'émettre une "opinion avec réserve" (plutôt qu'une "opinion défavorable") sur ses dépenses», souligne l’institution, dont le siège est établi à Luxembourg-Ville.

«Elles sont légales et régulières, à l'exception de celles fondées sur le remboursement de coûts, précise la Cour. Au cours de l'exercice, les auditeurs ont détecté neuf cas de fraude présumée concernant des fonds de l'UE, qu'ils ont transmis à l'Office européen de lutte antifraude. Dans son rapport, la Cour, dont le siège est établi à Luxembourg-Ville, a validé les comptes de l'UE, les jugeant «fiables». En 2017, elle a contrôlé 100,2 milliards d'euros, soit 72,9% des 137,4 milliards d'euros dépensés par l'UE. Le niveau d'erreur estimatif pour les paiements de 2017 s'est élevé à 2,4%, contre 3,1% en 2016 et 3,8% en 2015.

Peu de contrôles au Luxembourg

En 2018, les auditeurs ont consacré 3 761 jours à des audits dans les États membres et dans des pays tiers. Les plus grands États membres, tels que l'Allemagne, l'Italie et la Pologne, sont ceux où ils ont effectué le plus grand nombre de contrôles, et le Luxembourg, Malte et la Croatie, ceux où ils en ont réalisé le moins.

L'année dernière, la Cour, qui emploie plus de 800 fonctionnaires et agents temporaires, a publié des rapports spéciaux sur l'achèvement du réseau ferroviaire à grande vitesse européen (voir encadré), la lutte contre la pollution atmosphérique, l'efficacité de la surveillance bancaire au sein de l'Union et sur la gestion de la facilité en faveur des réfugiés en Turquie.

(L'essentiel)

Le réseau ferroviaire à grande vitesse européen: «Un ensemble inefficace et fragmenté»

La Cour des comptes européennes a réalisé un audit sur le réseau ferroviaire à grande vitesse européen. «Nous sommes arrivés à la conclusion que le réseau ferroviaire à grande vitesse européen constitue encore un ensemble inefficace et fragmenté de lignes nationales mal reliées entre elles, indique l'institution. Il n'existe aucun plan réaliste à long terme visant à relier les différentes parties du réseau européen existant, la construction de lignes à grande vitesse traversant les frontières nationales ne figure pas parmi les priorités des gouvernements nationaux et la Commission européenne ne dispose d'aucun pouvoir de contrainte en la matière. Dans une telle situation, la valeur ajoutée apportée par le cofinancement de l'UE en faveur des lignes ferroviaires à grande vitesse est faible. Toutefois, le tableau n'est pas totalement sombre: le nombre de voyageurs qui utilisent le transport ferroviaire à grande vitesse en Europe est en constante augmentation, avec plus de 124 milliards de voyageurs-kilomètres en 2016, contre 15 milliards environ en 1990.

Ton opinion