Au Luxembourg – L'argent liquide moins utilisé depuis la pandémie
Publié

Au LuxembourgL'argent liquide moins utilisé depuis la pandémie

LUXEMBOURG - Les retraits d'espèces ont été en net recul en 2020, selon des chiffres publiés ce mardi par l'ABBL.

Les solutions de paiement sans contact ont été privilégiées en 2020.

Les solutions de paiement sans contact ont été privilégiées en 2020.

Dès le début de la pandémie, billets de banque et pièces de monnaie ont suscité une certaine inquiétude. Leur circulation favorise-t-elle la transmission du virus? Des interrogations qui ont eu un impact sur les habitudes des clients des banques de détail luxembourgeoises, note l'Association des banques et banquiers, Luxembourg (ABBL) dans son enquête annuelle menée, en partenariat avec la CSSF (Commission de surveillance du secteur financier) auprès des banques de détail et banques privées du Grand-Duché.

Il en ressort que «l'argent physique a été généralement évité au profit des paiements par carte et sans contact», note l'ABBL. Ainsi, les retraits aux distributeurs automatiques de billets ont reculé de 25% en 2020 par rapport à 2019. Les retraits en agence se sont eux effondrés de 51%. A contrario, le nombre de transferts d'argent via Internet a augmenté de 6%. Dans l'ensemble, l'utilisation du e-banking a progressé de 7% en général et de 32% chez les professionnels (libéraux, indépendants...). C'est «le prolongement d'une tendance déjà existante» qui a été «accélérée par la pandémie», souligne l'ABBL.

Plus généralement, l'argent sous gestion dans les banques de détail a augmenté de 9,3% en 2020, «ce qui montre que les clients ont continué à emprunter en 2020, principalement pour des projets immobiliers». En tout, les banques de détail géraient 92,4 milliards d'euros en 2020, contre 84,5 milliards en 2019. La somme est principalement répartie sur des comptes épargnes (44%) et des comptes courants (38%). Le nombre de clients a lui légèrement reculé de 1,3%, à 1,211 million de personnes, dont 88% au Luxembourg, 8% dans un des pays voisins et 4% plus loin.


(jw/L'essentiel)

La banque privée en forme

Si le nombre de banques privées sur la Place reste stable en 2020, environ 55-60, selon l'ABBL, les actifs sous gestion ont augmenté de 10% en un an, à 508 milliards d'euros fin 2020. Et les clients sont de plus en plus riches. Le part de clients de banques privées disposant de moins de 1 millions d'euros tombe à 7%, contre 13% en 2015. Les clients dits «très fortunés», avec plus de 20 millions d'euros, sont eux désormais 58%, contre 54% en 2015. À noter que si 21% de ces actifs viennent du Luxembourg, 15% viennent de pays non Européens.

Ton opinion