Fonds «vautours» – L'Argentine «voit de la lumière au bout du tunnel»

Publié

Fonds «vautours»L'Argentine «voit de la lumière au bout du tunnel»

Pour solder son vieux contentieux sur la dette avec les fonds «vautours», l'Argentine lance lundi une émission d'obligations pour 12,5 milliards de dollars (11 milliards d'euros).

«L'Argentine est de retour», a célébré le ministre argentin des Finances, Alfonso Prat-Gay,

«L'Argentine est de retour», a célébré le ministre argentin des Finances, Alfonso Prat-Gay,

AFP

Le gouvernement argentin devait préciser lundi le montant de l'emprunt. Le parlement a donné son feu vert à 12,5 milliards d'endettement pour indemniser les fonds spéculatifs, mais le gouvernement argentin pourrait lever jusqu'à 15 milliards (14,5 milliards de francs), afin de financer des projets d'infrastructures dans le pays. Cet emprunt marque le retour de Buenos Aires sur les marchés internationaux de capitaux.

Les banques Deutsche Bank, HSBC, JP Morgan, Santander, BBVA, Citigroup et UBS ont été retenues pour l'opération, qui devrait débuter lundi après-midi et être bouclée mardi. «L'Argentine est de retour», a célébré le ministre argentin des Finances, Alfonso Prat-Gay, depuis Washington, où il participait à une réunion du FMI et de la Banque mondiale. «Nous avons encore du chemin à faire, mais on voit de la lumière au bout du tunnel», estime le politologue Sergio Berensztein, avertissant que les «transformations» opérées par le nouveau président de centre-droit Mauricio Macri ne porteront par leurs fruits du jour au lendemain.

Note relevée

Au lendemain de la crise économique de 2001, les gouvernements de Nestor Kirchner (2003-2007) puis de son épouse Cristina (2007-2015) se sont tenus à l'écart des marchés de capitaux, parvenant à désendetter le pays grâce notamment au produit des exportations agricoles, en plein boom des matières premières.

Vendredi, Moody's a relevé la note de l'Argentine, mais elle ne pourra pas bénéficier de taux d'intérêts avantageux. Selon s'il s'agit de contrats sur 5, 10 ou 30 ans, les taux d'intérêts devraient se situer entre 7 et 9%. D'après les milieux économiques, l'émission des bons pourrait rencontrer un grand succès auprès des Argentins, car les sommes investies sont exemptées d'impôts.

Fin mars, Buenos Aires et les fonds «vautours» ont conclu un accord pour mettre un terme à un vieux conflit et solder définitivement les comptes de la crise économique de 2001 et du défaut de paiement de la 3e économie d'Amérique latine.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion