Révélations – L'armée belge infiltrée par des islamistes?

Publié

RévélationsL'armée belge infiltrée par des islamistes?

Une dizaine de soldats servant sur le drapeau belge ont été placés sous surveillance pour leurs convictions, indique mercredi la presse belge. Une annonce qui fait réagir le gouvernement.

Éviter que des techniques de combat enseignées au sein de l'armée belge ne soient utilisées par des djihadistes contre les forces armées du royaume. Voici la crainte principale des responsables militaires belges qui ont placé une dizaine de soldats sous surveillance pour leur conviction religieuse extrémiste, indique mercredi La Libre Belgique. Une surveillance mise en place après le contrôle, en février 2010, d'une femme portant le niqab en partance pour le Maroc et qui s'est révélée être un sous-lieutenant belge.

Depuis, le renseignement militaire tient à l'œil plusieurs soldats et a ainsi mis un terme à la carrière d’Abdel Rahman Ayachi, l'un des fils du cheikh Bassam, le fondateur du Centre islamique belge. Ce dernier souhaite intégrer la Marine, et donc suivre une formation sur l'utilisation de radars. Mais selon le quotidien belge, la totalité des salafistes infiltrés dans les rangs de l'armée n'auraient pas été détectés. Plusieurs candidats bien connus des milieux intégristes auraient ainsi réussi à passer le filtre des recruteurs. Une affirmation avancée sans plus de précision qui a toutefois fait réagir le gouvernement belge, qui souhaite «accroître les méthodes de screening» pour éviter une infiltration future.

«L’État doit mieux se protéger et la sécurité du pays doit impliquer davantage de vigilance», indique mercredi Denis Ducarme, vice-président de la Commission Défense et membre de la Commission Intérieur à la Chambre, cité par l'agence Belga. Les nouvelles méthodes devront notamment veiller «à exclure de sa fonction toute personne qui adhérerait activement à un mouvement salafiste, néo-fasciste ou tout autre mouvement extrémiste incompatible avec une fonction sous les drapeaux, dans la police» ou liée de quelque manière à la sécurité du pays.

(Jmh/L'essentiel Online)

Ton opinion