Législatives au Luxembourg – L'Asti dénonce la «course au meilleur patriote»

Publié

Législatives au LuxembourgL'Asti dénonce la «course au meilleur patriote»

LUXEMBOURG - L'Association de soutien aux travailleurs immigrés (Asti) veut mettre les questions d'intégration au cœur des prochaines élections législatives.

Laura Zuccoli et Sergio Ferreira ont présenté les propositions de l'Asti pour inclure davantage les 48% d'étrangers dans la vie politique.

Laura Zuccoli et Sergio Ferreira ont présenté les propositions de l'Asti pour inclure davantage les 48% d'étrangers dans la vie politique.

Editpress/Alain Rischard

Lors de la présentation de ces propositions à l’approche des élections législatives, l’Asti a prévenu: si le pays est «épargné par les phénomènes racistes et xénophobes d’envergure», c’est grâce en premier lieu à sa bonne santé économique, mais «en sera-t-il toujours ainsi?».

L’association regrette déjà que les prochaines élections législatives soient une «course au meilleur patriote» et que les «questions d’identité» – dont la langue luxembourgeoise est la face la plus visible – qui étaient le fonds de commerce de l’extrême droite» soient devenues «mainstream».

Droit de vote selon la résidence

Selon l’Asti, «les étrangers d’aujourd’hui seront les Luxembourgeois de demain!». Il faut donc inclure davantage les 48% d'étrangers dans la vie politique pour mieux «vivre ensemble». Ainsi, elle propose – sur le modèle belge - la suppression du délai de résidence de 5 ans pour pouvoir participer aux élections communales, pour les Européens comme pour les citoyens de pays tiers pour, à moyen terme, «l’établissement d’un vrai suffrage universel en institutionnalisant le principe du droit de vote selon la résidence et non pas selon la nationalité».

Elle souhaite également que les partis politiques communiquent dans toutes les langues du pays et qu’ils fassent davantage de place aux étrangers en les intégrant mieux dans leurs organes exécutifs.

Congé linguistique étendu

Mais «si la participation politique du plus grand nombre est cruciale pour la cohésion sociale, elle ne saurait suffire à un meilleur vivre ensemble», note l’association. C’est pour cela qu’elle souhaite le développement d’un programme et d’une culture d’accueil au niveau national et communal (Willkommenskultur) et la réforme du Contrat d’accueil et d’intégration avec des moyens renforcés.

L’association milite aussi pour l’extension du congé linguistique – aujourd’hui réservé à l’apprentissage du luxembourgeois – à l’allemand et au français.

(mc/L'essentiel)

Ton opinion