A Istanbul – L'auteur de l'attentat serait d'origine syrienne
Publié

À IstanbulL'auteur de l'attentat serait d'origine syrienne

L'explosion qui a tué au moins 10 personnes dans le quartier de Sultanahmet à Istanbul, mardi , serait l’œuvre d'un kamikaze syrien de 28 ans.

Turkish police cordon off the Blue Mosque area on January 12, 2016 after a blast in Istanbul's tourist hub of Sultanahmet left 10 people dead.
Ten people were killed and 15 wounded in a suspected terrorist attack on January 12 in the main tourist hub of Turkey's largest city Istanbul, officials said. A powerful blast rocked the Sultanahmet neighbourhood which is home to Istanbul's biggest concentration of monuments and and is visited by tens of thousands of tourists every day.
 / AFP / OZAN KOSE

Turkish police cordon off the Blue Mosque area on January 12, 2016 after a blast in Istanbul's tourist hub of Sultanahmet left 10 people dead.
Ten people were killed and 15 wounded in a suspected terrorist attack on January 12 in the main tourist hub of Turkey's largest city Istanbul, officials said. A powerful blast rocked the Sultanahmet neighbourhood which is home to Istanbul's biggest concentration of monuments and and is visited by tens of thousands of tourists every day.
/ AFP / OZAN KOSE

AFP/Ozan Kose

Le Premier ministre turc a indiqué que l'explosion de mardi à Istanbul était due à un «attentat suicide d'origine syrienne». «Je condamne fermement cet attentat terroriste», a souligné le chef de l'État islamo-conservateur turc, ajoutant que «la Turquie est la première cible de toutes les organisation terroristes actives dans la région». À l'issue d'une réunion d'urgence autour du Premier ministre, le porte-parole du gouvernement Numan Kurtulmus a annoncé que l'auteur de l'attentat avait été identifié comme un Syrien né en 1988, sans toutefois donner son nom.

«J'ai entendu une très forte explosion, et puis de nombreux cris. Et puis j'ai vu une boule de feu et je me suis enfui», a raconté à l'AFP un témoin sur place. «J'ai vu au moins dix personnes blessées, l'une d'entre elles était aidée par des touristes. Je suis sûr à 100% qu'il ne s'agissait pas d'une bombe mais d'un attentat suicide», a raconté ce Turc qui n'a pas voulu préciser son nom.

«L'explosion a été si forte que le sol a tremblé», a confirmé une touriste, Caroline. «Je me suis enfuie avec ma fille. Nous nous sommes réfugiées dans un bâtiment proche», a-t-elle poursuivi, «c'est vraiment effrayant». La détonation a été entendue et ressentie jusqu'à la place Taksim, à plusieurs kilomètres de distance de Sultanahmet, a confirmé à l'AFP un témoin qui se trouvait sur place.

Alerte maximum

Cette explosion intervient alors que la Turquie est en état d'alerte maximum depuis l'attentat le plus meurtrier survenu sur son sol, qui a fait 103 morts le 10 octobre devant la gare centrale d'Ankara. Cette attaque a été attribuée par le gouvernement islamo-conservateur au groupe jihadiste État islamique (EI). Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a convoqué une réunion de crise à Ankara.

La déflagration, très puissante, s'est produite à 10h18 locales (8h18 GMT) sur l'ancien hippodrome qui borde la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, les deux monuments les plus visités de la plus grande ville du pays. Les premières photos prises sur place montrent plusieurs corps démembrés couchés sur le sol pavé de cette grande esplanade. Les secours et la police sont immédiatement arrivés en nombre sur les lieux et ont bouclé le périmètre, a constaté une journaliste de l'AFP. Dans une déclaration citée par les médias turcs, le gouverneur d'Istanbul a annoncé que le premier bilan s'élevait à au moins 10 morts et 15 personnes blessées, dont l'état n'a pas été précisé.

#Turkey #istanbulexplosion pic.twitter.com/LtWnVrPllC— Said Shoaib (@saidshouib) 12 Janvier 2016

(L'essentiel/AFP)

Il n'y aurait pas de Luxembourgeois concernés

La plupart des victimes de l'attentat sont des étrangers. Selon le ministère luxembourgeois des Affaires étrangères, contacté par L'essentiel, «rien n'indique que des Luxembourgeois» font partie des victimes. «Notre ambassade est en train de vérifier».

Ton opinion