Luxembourg – L'Autofestival a bien démarré en concession
Publié

LuxembourgL'Autofestival a bien démarré en concession

LUXEMBOURG - Les amateurs de voitures et les clients se sont pressés en concessions, tout au long du week-end.

autofestival Autopolis
2022
Bertrange

photo : Vincent Lescaut

autofestival Autopolis
2022
Bertrange

photo : Vincent Lescaut

Vincent Lescaut
1 / 38
Les concessionnaires étaient sur le pied de guerre ce week-end.

Les concessionnaires étaient sur le pied de guerre ce week-end.

Vincent Lescaut
Foto: Editpress/didier Sylvestre
Vincent Lescaut

Pour les concessions automobiles du pays, «c’est le moment le plus important de l’année au niveau commercial». Personne ne s’en cache, lors de l’Autofestival, débuté il y a une semaine et qui finit samedi, toutes les marques de voitures jouent gros. «La semaine était plutôt calme, mais depuis vendredi ça tourne bien», souligne Marc Devillet, directeur général d’Autopolis. «Samedi, on a connu une très bonne affluence avec les mêmes volumes de passage qu’en 2021. En termes de commandes, ça se passe plutôt bien également».

Parmi les visiteurs, Stéphane est venu de Bascharage «pour sentir et toucher des voitures qui nous font rêver. En live, on peut vraiment se forger sa propre opinion», raconte celui qui, «petit déjà, faisai(t) le tour de l’Autofestival avec (son) père».

Directeur du garage Losch à Bonnevoie, Manuel Kiefer confirme «qu’il a eu beaucoup de visites dans le showroom Audi». «C’est même plein à craquer , lâche-t-il. Cela fait du bien de retrouver ce contact avec la clientèle. Malgré les mesures sanitaires, ça fonctionne. L’Autofestival, c’est l’idéal pour recevoir une belle offre et faire des essais».

«Fasciné par de nombreux modèles»

Partir à la découverte de toutes les marques, c’est bien ce qui motive Steven, résident à Remich. «Même si on est fan d’une marque en particulier, on n’hésite pas à faire tout le tour, car on est fasciné par de nombreux modèles. On a le bon feeling quand on s’assoit au volant de la voiture».

Et même si parfois l’affluence en concessions est moindre, «on a plus de concrétisation», souligne Pascal Driant, directeur de Car Avenue pour le Luxembourg. «Par rapport au nombre de personnes qui passent dans le showroom, on a beaucoup de personnes qui prennent des commandes. Les gens qui viennent sont très informés. Ils veulent voir la voiture et la toucher. Après, ils se décident rapidement».


Les délais sur toutes les lèvres

La question est sur toutes les lèvres. Combien de temps faudra-t-il pour que ma nouvelle voiture soit livrée? «Il faut s’y prendre assez tôt pour avoir son véhicule à la moitié de l’année ou fin 2022», observe Manuel Kiefer, directeur du garage Losch à Bonnevoie. «C’est compliqué, même si on a une partie de voitures disponibles et une partie en stock. Si on veut choisir la voiture que l’on souhaite exactement, ça peut être un peu plus long. Six ou huit mois, ça dépend du modèle et des équipements». Du côté des clients, il faut faire preuve de philosophie.

«J’ai la chance de ne pas être pressé», confie Jean-Paul, venu de Metz, «mais d’autres peuvent se lasser de l’attente. Dans certaines marques, des véhicules sont disponibles plus rapidement. C’est un nouveau paramètre et il faut s’adapter». Pascal Driant, directeur de Car Avenue pour le Luxembourg, le reconnaît, «rien que sur le site de Leudelange, on a 2 000 commandes de voitures vendues qui n’ont pas encore été livrées. C’est énorme et du jamais-vu. On vend désormais les délais de livraison avec les conditions».

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

L'électrique attire

«On est là pour les nouveautés au niveau électrique. C’est dans l’air du temps, donc on compare tous les modèles». Comme pour Pedro, originaire de Dippach, les véhicules électriques attirent sur le festival. «Les ventes augmentent sur ce créneau», observe Olivier François, responsable marketing chez Bilia-Emond pour BMW et Mini, car on peut désormais proposer des modèles qui conviennent à tous avec des autonomies de presque 600 km».

Ton opinion