Automobile au Luxembourg – L'Autofestival démarre sur les chapeaux de roue

Publié

Automobile au LuxembourgL'Autofestival démarre sur les chapeaux de roue

LUXEMBOURG – Les clients sont au rendez-vous dans les concessions pour la première journée de l'Autofestival 2018, samedi.

Après une année record en termes de ventes de voitures au Luxembourg, l'Autofestival 2018 s'annonce sous les meilleurs auspices. Illustration de la bonne santé du secteur, les clients n'ont pas attendu longtemps avant de pousser la porte des concessions. «Historiquement, le premier samedi du festival est plutôt calme. Là, c'est tout le contraire, nous avons beaucoup de monde», se félicite Marc Muller, brand manager Jaguar Land Rover chez Arnold Kontz Group. «En dix ans, je n'avais jamais vu autant de visiteurs un samedi matin», avance même Mathieu Delbergue, responsable ventes BMW chez Bilia-Emond.

Un constat confirmé par Tim Göbel, chef de vente au garage M. Losch à Bonnevoie: «La fréquentation est supérieure à l'année passée. Heureusement, tout est en place pour bien recevoir la clientèle». Food-trucks, rafraîchissements, les visiteurs sont chouchoutés comme il se doit, et les plus intéressés rapidement conseillés. «Les clients sont globalement bien informés. Ils connaissent nos produits. Tout se joue sur la réduction que l'on peut faire», confie Tim Göbel.

«C'est le prix final qui fera la différence»

Côté modèles, «les Audi RS font un carton». Chez BMW, «ce sont les SUV qui marchent très fort», glisse Mathieu Delbergue. «Nous avons tout type de clientèle. Des connaisseurs, mais aussi des personnes qui découvrent. Les gens viennent à l'Autofestival pour observer des modèles qu'ils ne verront pas ailleurs. Mais aussi pour obtenir un bon prix», renchérit Marc Muller.

Chez Losch, David, 36 ans, cherche par exemple «une familiale avec pas mal de puissance. Durant l'Autofestival, les vendeurs sont davantage disponibles et l'atmosphère est conviviale. Cela favorise l'achat». Également en quête d'une nouvelle voiture, Diogo, 25 ans, s'est lui dirigé vers la concession Bilia-Emond: «Je cherche une BMW Série 1. Mon budget n'est pas illimité, donc c'est le prix final qui fera la différence». Tout le contraire de Giuseppe, 40 ans, venu chez Land Rover «pour se faire plaisir et éventuellement se laisser séduire. Je viens voir le nouveau Range Rover Sport. Je possède le modèle précédent et j'hésite à le changer. Et nous allons peut-être en profiter pour acheter une Jaguar à ma femme». C'est aussi cela l'Autofestival, une belle occasion de faire des folies...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion