Covid-19 – L'école reprend en Mongolie après 19 mois d'interruption
Publié

Covid-19L'école reprend en Mongolie après 19 mois d'interruption

Des milliers d'enfants ont repris l'école mercredi en Mongolie, 19 mois après leur fermeture, en raison du Covid.

Les écoles étaient fermées depuis janvier 2020 en Mongolie.

Les écoles étaient fermées depuis janvier 2020 en Mongolie.

AFP/Byambasuren Byamba-ochir

Dans la yourte familiale, Urangoo Basandorj, 15 ans, ajuste son uniforme avec le sourire: comme son petit frère et des milliers d'enfants en Mongolie, elle a repris l'école, mercredi, après 19 mois d'interruption due au Covid

Le pays d'Asie de l'est, peuplé de trois millions d'habitants, a pris certaines des mesures les plus strictes au monde face à la pandémie. Depuis janvier 2020, les écoles et les maternelles étaient fermées. Les élèves étaient contraints de suivre des cours à distance, un défi dans une Mongolie, où les inégalités d'accès aux technologies sont criantes.

Si deux tiers des Mongols ont déjà reçu deux doses de vaccins, le pays a fait état, mercredi, de 3 726 nouveaux cas selon le ministère de la Santé, un record journalier depuis le début de l'épidémie. Les enfants ont toutefois repris le chemin des écoles, notamment à Oulan-Bator, où les professeurs prenaient la température des élèves et leur proposaient du gel hydroalcoolique.

Les cours à la télévision

«Quand j'ai entendu que les écoles allaient rouvrir, j'étais super contente. Au point que j'ai rêvé de mes camarades de classe toute la nuit», explique Urangoo Basandorj depuis la petite yourte familiale située dans la banlieue de la capitale. «C'était tellement dur de ne pas pouvoir être avec mes amis. Les cours en ligne, c'était pas top».

Des cours étaient diffusés à la télévision pour permettre aux enfants d'avoir un semblant de scolarité. Chez les familles disposant d'un accès à Internet, les enfants suivaient des leçons en ligne sur ordinateur. Mais un tiers des Mongols vivent sous le seuil de pauvreté et beaucoup dans les zones rurales ne disposent même pas d'un téléviseur.

Retard scolaire

Alors la plupart des parents sont aujourd'hui soulagés. «Quand ils suivaient les cours à la télé (dans la yourte), les enfants étaient toujours dérangés, par la cuisine, par les frères et sœurs qui pleurent...», explique Dolgorsuren Tumurbaatar, la mère de Urangoo Basandorj. «Les écoles étaient fermées trop longtemps. Il est temps de s'adapter et de vivre avec le Covid».

Si des établissements privés (et onéreux) fournissaient des applications de cours à distance voire des cours particuliers, la plupart des autres enfants ont accumulé du retard scolaire, après 19 mois sans école. «On a un taux élevé de gens vaccinés à présent», déclare Munch Purevdorj, un père de famille, devant une école d'Oulan-Bator. «Le moment est venu désormais de penser à l'avenir des enfants».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion