Campagne de prévention – «L'éducation routière n'attend pas»

Publié

Campagne de prévention«L'éducation routière n'attend pas»

ROOST - De nouvelles brochures serviront aux policiers chargés de l'instruction routière des enfants. Elles ont été présentées ce lundi matin dans les locaux de Luxlait, partenaire du projet.

Pour Thierry Fehr, responsable de l'instruction routière pour la police grand-ducale, aucun volet ne doit être négligé.

Pour Thierry Fehr, responsable de l'instruction routière pour la police grand-ducale, aucun volet ne doit être négligé.

L'essentiel/Thomas Holzer

Il n'est jamais trop tôt pour apprendre les bonnes pratiques en matière de sécurité routière. Voilà plus de 50 ans que la police collabore avec la sécurité routière, multipliant les actions pédagogiques au sein des écoles. Du théâtre de guignol à destination du préscolaire aux jardins de circulation pour les cyclistes en herbe, entre 12 000 et 16 000 enfants bénéficient chaque année des conseils prodigués par une cinquantaine de policiers mobilisés.

Pour renouveler leur outils, deux nouvelles brochures ont été développées en collaboration avec Luxlait. Celles-ci donnent naissance à une mascotte nommée «de klenge Wiermchen». Ce ver de terre, symbole de l'usager vulnérable, doit accompagner les enfants sur le chemin de l'école. Les brochures en question s'adressent respectivement aux piétons de 6 à 8 ans et aux cyclistes âgés de 9 à 10 ans. Elles comportent une série de conseils sur les comportements à adopter (Quand traverser? Comment s'équiper?).

Vigilance à la sortie des écoles

Derrière cette initiative, la volonté de ne pas rogner sur le volet prévention est fondamentale. «Il n'y a peut-être pas eu d'accident grave impliquant un tout jeune près d'une école ces dernières années, mais ce n'est pas une raison pour laisser tomber. L'expérience montre aussi qu'il est essentiel de responsabiliser les personnes dés leur plus jeune âge. L'éducation routière n'attend pas», explique Paul Hammelmann, président de la sécurité routière.

Pour Thierry Fehr, responsable de l'instruction routière pour la police grand-ducale, aucun volet ne doit être négligé. «La vigilance doit être constante à la sortie des écoles. À chaque rentrée, la police augmente sa présence pour vérifier que personne n'oublie les bonnes habitudes. Mais il y a aussi l'éducation, et l'aspect "construction". Il est important que les communes placent les obstacles nécessaires et diminuent la vitesse maximale autorisée à proximité des ensembles scolaires», détaille-t-il.

(Thomas Holzer)

Ton opinion