Abus sexuels en Belgique – L'Eglise doit indemniser les victimes

Publié

Abus sexuels en BelgiqueL'Église doit indemniser les victimes

Une commission du Parlement belge a recommandé mercredi à l'Église catholique de Belgique de mettre sur pied une «commission d'arbitrage» pouvant déboucher sur l'indemnisation des victimes.

André-Joseph Léonard avait provoqué une levée de boucliers en prônant une certaine indulgence envers les prêtres fautifs. (AFP)

André-Joseph Léonard avait provoqué une levée de boucliers en prônant une certaine indulgence envers les prêtres fautifs. (AFP)

Les députés ont fait cette recommandation à l'issue de trois mois d'auditions au cours desquelles ont notamment été entendus les plus hauts responsables de l'Église belge, dont le primat de Belgique André-Joseph Léonard et son prédécesseur, le cardinal Godfried Danneels. La commission serait composée d'experts, de médecins ou encore de psychologues. Elle aurait pour objectif de trouver au cas par cas des arrangements entre l'Église et les victimes qui ne souhaiteraient pas saisir la justice ou dont les cas seraient prescrits.

Les victimes pourraient, selon leurs vœux, demander des indemnisations financières, un accompagnement médical ou obtenir une simple demande de pardon des autorités ecclésiastiques. Les évêques de Belgique ont promis dans un communiqué diffusé en soirée «d'étudier avec la plus grande attention» les recommandations de la commission parlementaire.

Révélations de l’évêque de Bruges

Comme lors de leurs auditions, les hauts responsables catholiques ne se sont toutefois pas formellement engagés à indemniser les victimes. Les députés, qui ont adopté 70 recommandations au total, suggèrent également que le délai de prescription pour les cas d'abus sexuels soit porté en Belgique à 15 ans, contre 10 actuellement. Après l'Irlande, les États-Unis ou l'Allemagne, l'Église de Belgique est à son tour ébranlée par les scandales de pédophilie. L'élément déclencheur fut les aveux de l'évêque de Bruges, Roger Vangheluwe. Celui-ci a reconnu en avril 2010 avoir abusé de son neveu mineur durant une dizaine d'années, au tournant des années 1980.

L'idée de cette commission avait germé après la publication en septembre 2010 des témoignages de près de 500 personnes accusant des ecclésiastiques d'avoir abusé d'eux durant leur jeunesse, des faits commis pour la plupart des années 1950 aux années 1980.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion