Véhicules au Luxembourg – L'électrique est-il dangereux dans les parkings?
Publié

Véhicules au LuxembourgL'électrique est-il dangereux dans les parkings?

LUXEMBOURG - Les véhicules électriques sont bienvenus dans les parkings souterrains. «Cela ne représente aucun danger particulier», selon le CGDIS.

126 bornes Chargy sont aujourd’hui installées dans des parkings souterrains ou couverts, réparties entre Luxembourg-ville (79) et Esch-sur-Alzette (47).

126 bornes Chargy sont aujourd’hui installées dans des parkings souterrains ou couverts, réparties entre Luxembourg-ville (79) et Esch-sur-Alzette (47).

L'essentiel/Vincent Lescaut

Alors que, suite à plusieurs incidents récents, les pompiers de Bruxelles plaident pour interdire aux voitures électriques l’accès aux parkings souterrains, le ministère luxembourgeois de l’Énergie affirme que «le sujet n’est pas, actuellement, sur la table» au Luxembourg. Avec l’initiative «Stroum beweegt» lancée en 2021, le Grand-Duché entend clairement accélérer la mise en place d'infrastructures dédiées à l'électromobilité. Ainsi, d’après des données fournies par la société Creos, gestionnaire de réseaux d’électricité, 126 bornes Chargy sont aujourd’hui installées dans des parkings souterrains ou couverts, réparties entre Luxembourg-ville (79) et Esch-sur-Alzette (47).

«Cela ne représente aucun danger particulier», soutient Cédric Gantzer, porte-parole du CGDIS, «dans la mesure où les parkings souterrains sont soumis à des règles de sécurité très strictes. Les systèmes de sécurité y sont très poussés, avec le sprinklage, à savoir des capsules d’eau qui éclatent automatiquement quand la température monte trop». Un système qui «permet de limiter très fortement la propagation d’un incendie».

«Nous gardons un peu plus de distance»

Statistiquement, les incendies de voitures électriques «se comptent sur les doigts d’une main» au Luxembourg. Le fait qu’«aucun incident majeur n’ai été rapporté» justifie d’ailleurs la position du ministère de l’Énergie. Pour Cédric Gantzer, «c’est une légende urbaine» que de soutenir qu’un véhicule électrique était impliqué dans le sinistre du parking des Martyrs qui avait consumé cinq véhicules, en septembre 2019, car «aucune de ces voitures n’était électrique».

Techniquement, un feu de voiture électrique n’est «pas très différent d’un autre», juge le porte-parole du CGDIS. «On l’éteint de manière classique, avec de la mousse et de l’eau. Juste que nous gardons un peu plus de distance si la batterie est abîmée, et que le jet sera plus concentré sur ladite batterie». Le risque le plus important est celui d’un redémarrage du feu au niveau d’une batterie endommagée. «Dans ce cas, la meilleure option consiste à plonger toute la voiture dans une benne remplie d’eau», dit Cédric Gantzer, qui précise que «nous n’avons eu le cas qu’une seule fois, avec une voiture américaine».

Bref, conclut-il, «ce genre d’incident n’arrive pas tous les jours. Ce genre d’ennuis techniques n’est vraiment pas courant».

(Jean-François Colin/L'essentiel)

Ton opinion