Luxembourg/Belgique – «L'émotion est très forte après le décès de Sailor»

Publié

Luxembourg/Belgique«L'émotion est très forte après le décès de Sailor»

BIVELS/NAMUR - Au Luxembourg et en Belgique, où Sailor Ntwari avait suivi une partie de sa scolarité, l'émotion est forte après l'annonce du décès du jeune homme de 25 ans, à Bivels.

Sailor Ntwari a disparu le 7 janvier à Namur et il a été retrouvé mort à Bivels au Luxembourg neuf jours plus tard.

Sailor Ntwari a disparu le 7 janvier à Namur et il a été retrouvé mort à Bivels au Luxembourg neuf jours plus tard.

L'avis de recherche lancé le mercredi 16 janvier, par le parquet de Namur, en Belgique, aura très rapidement trouvé un triste écho. La police grand-ducale annonçant ce même jeudi soir que le corps de Sailor Ntwari, 25 ans, avait été retrouvé à proximité d'un chemin de terre dans la petite localité de Bivels, village de la commune luxembourgeoise de Putscheid, située le long de la rivière Our le long de la frontière allemande.

Le jeune Luxembourgeois de 25 ans avait disparu depuis le lundi 7 janvier 2019, où il avait été vu pour la dernière fois sur le coup de midi, dans sa chambre d'étudiant à Namur, là où il était en deuxième année d'Infographie à la Haute École Albert Jacquard (HEAJ). «L'émotion est très forte ce jeudi au sein de notre établissement, où Sailor était très populaire auprès des étudiants et très apprécié par les professeurs», nous a indiqué au téléphone, Jacques Houard, directeur de département à l'HEAJ. «Il était très investi et nous sommes effondrés. On est de tout cœur avec ses proches et on va tenter de soutenir nos étudiants du mieux possible».

Hommages multiples

L'émotion est tout aussi forte du côté de Bastogne, toujours en Belgique, où Sailor Ntwari a effectué ses études secondaires à l'Athénée royal Bastogne-Houffalize. «Nous sommes sous le choc», reconnaît Nathalie Collignon, chef d'établissement où il avait été diplômé en juin 2015, après une 6e année en arts plastiques. «Il faisait partie des meubles chez nous où il était à l'internat au début de sa scolarité. Il était très serviable et il avait un contact agréable avec tout le monde».

Sur les réseaux sociaux, les hommages se multiplient et un jour après l'annonce du décès de Sailor Ntwari, le parquet de Diekirch n'écarte, pour le moment, aucune piste. «C'est une autopsie du corps du jeune homme qui déterminera les raisons de ce décès», nous a confirmé au téléphone Diane Klein, porte-parole de l'administration judiciaire.

(fl/L'essentiel)

Ton opinion