Nicolas Schmit – «L'encadrement des jeunes n'est pas suffisant»
Publié

Nicolas Schmit«L'encadrement des jeunes n'est pas suffisant»

LUXEMBOURG - Le ministre du Travail, Nicolas Schmit, affirme ce jeudi qu'il reste encore du chemin à parcourir pour combattre le problème de l'orientation professionnelle des jeunes.

Les moins de 25 ans représentent 11% des demandeurs d'emploi et les 25-29 ans 11,2%, soit plus de 20%.

Les moins de 25 ans représentent 11% des demandeurs d'emploi et les 25-29 ans 11,2%, soit plus de 20%.

Editpress

La recherche d'emploi des jeunes et plus précisément leur orientation est un sujet délicat au Grand-Duché. Malgré la mise en place d'une Maison d'orientation en 2012 ou la garantie jeunesse instaurée depuis le mois de juin, il reste encore du chemin à faire selon le ministre du Travail Nicolas Schmit. «L'orientation professionnelle des jeunes demandeurs d'emploi fait partie intégrante de la politique de l'emploi du Luxembourg. Cet encadrement à la sortie de l'école est nécessaire mais pas suffisant», affirme le ministre dans une réponse parlementaire adressée ce jeudi au député Gast Gibéryen (ADR).

Une étude est d'ailleurs en cours, afin de cibler les besoins des différents secteurs et de faire un bilan concret sur l'état du recrutement des jeunes au Luxembourg. «J'ai demandé a l'observatoire de l'emploi, RETEL, d'élaborer des statistiques détaillées sur les recrutements et les fins de contrats au Luxembourg et de ventiler ces données par secteur d'activité et par métier. Les informations, prévues pour fin 2014, nous donneront une vue d'ensemble des métiers, et donc des qualifications, pour lesquels la demande du marché est en hausse ou en baisse», précise le ministre.

Plus de 20% des demandeurs d'emploi

Selon les premiers résultats, les jeunes diplômés d'un DAP «agent administratif et commercial» auraient de plus en plus de difficultés à trouver rapidement un emploi. Le ministre constate également «de réels besoins» dans le domaine du social. Enfin, il semblerait que le nombre d'étudiants ingénieurs ne soit pas suffisant et que ceux qui suivent des études supérieures en informatique «ne répondent pas aux besoins de nos économies». Le 26 juin dernier, le programme de garantie jeunesse a été lancé et promet aux 16-24 ans inscrits à l'Adem, et participant au programme, de trouver un emploi dans les quatre mois à venir.

Un défi de taille, puisque selon les derniers chiffres du Statec, les moins de 25 ans représentent 11% des demandeurs d'emploi et les 25-29 ans 11,2%, soit plus de 20%. Enfin, selon une étude publiée en février dernier par le CEPS/Instead (Centre de recherches en sciences économiques et sociales) et réalisée auprès de 5 195 jeunes résidents du Grand-Duché, 33% des jeunes ne sont plus présents sur le marché du travail luxembourgeois 32 mois après leur premier contrat et triment surtout dans le domaine de l'industrie et celui de l'artisanat.

(NS/L'essentiel)

Ton opinion