Inde – L'enfant aux huit membres vénéré comme un dieu

Publié

IndeL'enfant aux huit membres vénéré comme un dieu

À sept ans, Deepak Kumar, né avec quatre jambes et quatre bras, est encore trop jeune pour comprendre pourquoi des pèlerins hindous viennent le vénérer.

Le poids de ses jambes et de ses bras surnuméraires empêchent Deepak de jouer avec d'autres enfants.

Le poids de ses jambes et de ses bras surnuméraires empêchent Deepak de jouer avec d'autres enfants.

AFP

Ce sévère --et impressionnant-- handicap, que ses parents voudraient soigner par une intervention chirurgicale, a fait du petit garçon une véritable icône religieuse aux yeux de dévots hindous locaux, qui lui trouvent une ressemblance avec le dieu Vishnou souvent représenté dans la mythologie avec quatre bras.

«Il y a des gens qui me donnent de l'argent, des fruits et des bonbons. Quelquefois je reçois aussi des fleurs», énumère Deepak dans son village de Belhari, situé à environ 125 km de Patna, la capitale de l'État du Bihar dans le nord-est de l'Inde.

Un jumeau parasitaire

Deepak, qui souffre d'un phénomène rarissime appelé «ischiopagus», est joint à un «jumeau parasitaire» qui a stoppé son développement dans le ventre de sa mère. Pendant la grossesse, le fœtus survivant a absorbé les membres du jumeau dit «parasite».

L'enfant, dont les quatre bras et jambes supplémentaires sortent littéralement de sa poitrine, est toujours torse nu, ses membres entremêlés pendant devant lui.

«Certains, les mains jointes, se prosternent devant lui, d'autres le touchent comme une divinité et beaucoup donnent de l'argent en guise d'offrande religieuse», explique sa mère, Indu Devi. Quand Deepak est né, les médecins locaux et les anciens du village ont été étonnés qu'il survive, raconte-t-elle.

lessentiel.lu avec AFP

Les parents de Deepak sont encouragés par l'histoire de Lakshmi Tatma, une fillette de deux ans née comme leur fils avec quatre bras et quatre jambes et qui a été opérée avec succès à Bangalore (sud) en 2007. L'opération avait coûté 50 000 dollars.

Ton opinion