Soupçons de fraude – L'enquête Panama Papers mène au siège de l'UEFA

Publié

Soupçons de fraudeL'enquête Panama Papers mène au siège de l'UEFA

Une perquisition a été menée mercredi au siège de l'instance européenne du football, en Suisse dans le cadre de l'affaire des Panama Papers.

Le siège de l'UEFA, à Nyon, a fait l'objet d'une perquisition.

Le siège de l'UEFA, à Nyon, a fait l'objet d'une perquisition.

AFP/Fabrice Coffrini

La police suisse a perquisitionné mercredi le siège de l'UEFA à Nyon pour obtenir les contrats d'attribution de droits TV à la société Cross Trading, citée dans le scandale «Panama Papers» et impliquant le nouveau président de la FIFA Gianni Infantino. Dans un communiqué transmis à l'AFP, l'UEFA indique «avoir reçu aujourd'hui la visite de la Police fédérale suisse agissant en vertu d'un mandat et demandant à voir les contrats entre l'UEFA et Cross Trading/Teleamazonas», concernant l'attribution des droits télévisés de la Ligue des champions pour les saisons 2006 à 2009 en Équateur. «Naturellement, l'UEFA a fourni à la Police fédérale tous les documents en sa possession et va coopérer pleinement», a-t-elle ajouté.

Le nom du nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino, est cité dans les Panama Papers pour des contrats signés alors qu'il était directeur du service juridique de l'UEFA avec deux Argentins inculpés par la justice américaine dans le scandale de corruption à la FIFA. Le journal allemand Süddeutsche Zeitung, qui a révélé cette affaire mardi soir, s'interroge sur le montant de ces contrats, qu'il estime inférieur aux prix du marché.

Selon les révélations contenues dans les Panama Papers, Cross Trading, une société offshore, a acheté ces droits pour 111 000 dollars et les a revendus à la télévision équatorienne Teleamazonas pour 311 000 dollars. Selon Team Marketing, «l'offre soumise par Cross Trading/Teleamazonas a été la plus élevée reçue». Mardi, Gianni Infantino s'est vivement défendu en affirmant que «rien n'indique qu'un méfait a été commis par l'UEFA ou par moi-même».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion