Frank Schneider – L'espion luxembourgeois pourra être extradé
Publié

Frank SchneiderL'espion luxembourgeois pourra être extradé

NANCY/LUXEMBOURG - La cour d’appel de Nancy a rendu, mercredi matin, un avis favorable à l’extradition de l’ancien espion luxembourgeois, Frank Schneider.

L'argument de la défense selon lequel les droits fondamentaux de Frank Schneider aux États-Unis ne seraient pas garantis a été rejeté par le tribunal.

L'argument de la défense selon lequel les droits fondamentaux de Frank Schneider aux États-Unis ne seraient pas garantis a été rejeté par le tribunal.

Editpress/didier Sylvestre

Soupçonné de fraude et blanchiment d'argent dans l'affaire OneCoin par la justice américaine, Frank Schneider encourt une procédure d'extradition, selon le verdict rendu ce mercredi, par la cour d'appel de Nancy. Selon la radio 100,7, la cour a statué que la demande des autorités américaines serait en principe et dans la forme conforme aux règles. L'argument de la défense, selon lequel les droits fondamentaux de Frank Schneider aux États-Unis ne seraient pas garantis, a été rejeté par le tribunal. Frank Schneider a à présent la possibilité de se pourvoir en cassation de ce jugement en appel.

In fine, c'est au gouvernement français qu'appartiendra la décision d'extrader ou non Frank Schneider. Un décret lui aussi susceptible d'être contesté «devant le Conseil d’État», a détaillé le procureur général Jean-Jacques Bosc.

Reconverti dans l'intelligence économique, Franck S., Luxembourgeois de 51 ans, avait été arrêté en France, le 29 avril 2020, par la brigade de recherche et d'intervention (BRI), alors qu'il circulait à deux kilomètres de la frontière luxembourgeoise, puis déféré devant le parquet général de Nancy avant d'être incarcéré.

Assigné à résidence

L'ex-chef des opérations du Service de renseignement de l'État du Luxembourg (SREL) a toutefois été remis en liberté, le 19 novembre, avec assignation à résidence sous bracelet électronique, dans l'attente de la décision de la chambre de l’instruction.

Marié et père de trois enfants, il réside en Lorraine depuis 2008. L'ex-espion est recherché par la justice américaine dans une affaire de cryptomonnaie frauduleuse «OneCoin» qui avait permis d'escroquer ses utilisateurs de plusieurs milliards de dollars entre 2014 et 2019.

Relaxé dans l'affaire du SREL

Considérée en décembre 2019 par le journal britannique The Times comme «l'une des plus grandes escroqueries de l'histoire», le système reposait sur une pyramide de Ponzi qui consiste à rémunérer les investisseurs avec les fonds apportés par les nouveaux entrants.

L'ex-espion du Grand-Duché, qui a également travaillé pour l'ambassade américaine au Luxembourg, est mis en accusation aux États-Unis pour «complot en vue de commettre une fraude électronique» et «un délit de blanchiment», avait indiqué en novembre, Emmanuel Marsigny, l'un de ses avocats.

En 2020, Frank Schneider avait été relaxé par la justice luxembourgeoise, dans un vaste scandale d'écoutes téléphoniques qui avait coûté en 2013 son poste de Premier ministre, à Jean-Claude Juncker.

(Jean-François Colin/L'essentiel avec AFP)

Ton opinion