Drame des migrants – L'Europe centrale se barricade
Publié

Drame des migrantsL'Europe centrale se barricade

Épuisés, les réfugiés fuyant la guerre tentent de rejoindre l'Europe occidentale, tandis que les Balkans et l'Europe centrale se barricadent.

Débordée, la Croatie a annoncé qu'elle n'était plus en mesure de contrôler l'afflux de migrants.

Débordée, la Croatie a annoncé qu'elle n'était plus en mesure de contrôler l'afflux de migrants.

AFP/Nikolay Doychinov

L'Europe balkanique et centrale fermait ses frontières vendredi pour empêcher les passages de migrants qui ont fait bondir de 85% le nombre de demandeurs d'asile dans l'UE au deuxième trimestre 2015. Débordée, la Croatie a annoncé qu'elle n'était plus en mesure de contrôler l'afflux et qu'elle laisserait simplement les migrants poursuivre leur périple. Zagreb, qui se dit débordée par des arrivées massives sur son territoire, acheminait les candidats à l'exil par bus vers la Hongrie, dont certains ont déjà pu traverser la frontière.

Les soldats hongrois ont barré la route avec deux véhicules équipés de mitrailleuses, les migrants sont descendus des autocars croates pour embarquer à bord d'autocars hongrois. Ils ont été conduits dans deux centres d'enregistrement proches de la frontière autrichienne, a indiqué la police.

Celle-ci a précisé dans un communiqué qu'elle allait procéder à l'enregistrement de ces demandeurs d'asile, sans autres précisions. Budapest a accusé les autorités croates d'encourager les migrants à violer la loi en franchissant «illégalement» sa frontière. Un correspondant de l'AFP a compté 22 bus d'une soixantaine de migrants, dont des femmes et des enfants.

«La situation est assez dramatique»

L'entrée de ces migrants en Hongrie intervient alors que le premier ministre hongrois Viktor Orban avait annoncé dans la matinée la pose d'une nouvelle clôture de barbelés à la frontière avec la Croatie. Budapest envisage de faire de même avec la Roumanie pour stopper le flux de personnes qui fuient notamment les guerres en Syrie et Irak, et convergent vers l'Europe du Nord, en train, en bus ou à pied.

De son côté, la Croatie a compté depuis mercredi matin 15 400 migrants entrés sur son territoire par la Serbie. «Saturée», elle a annoncé la fermeture «jusqu'à nouvel ordre» de sept postes frontière sur huit. À Tovarnik, petite gare croate près de la frontière serbe, des milliers de personnes arrivées à pied ou en bus ont campé dans les champs dans l'attente du départ d'un train.

«La situation est assez dramatique. Les gens sont en colère. Si un train ne part pas, ils vont commencer à se battre» a mis en garde le directeur des urgences de l'ONG Human Rights Watch, Peter Bouckaert. Il a aussi dit craindre que certains n'aboutissent sur des terrains minés depuis la guerre des Balkans.

L'UE toujours divisée

L'évolution de la crise migratoire en Europe maintient la pression sur l'UE, dont les dirigeants se retrouvent mercredi à Bruxelles pour tenter de surmonter leurs divisions, au lendemain d'une rencontre des ministres de l'Intérieur.

Ton opinion