Internet – L'Europe veut mieux protéger les mineurs

Publié

InternetL'Europe veut mieux protéger les mineurs

Les pays de l'Union européenne ne font pas tous les efforts nécessaires pour assurer la protection des enfants sur l'Internet, selon un rapport publié mardi par la Commission.

Le rapport montre des différences de pratiques entre les pays de l'Union européenne, notamment pour «aborder et signaler les contenus illicites ou préjudiciables, assurer aux enfants un accès à des contenus adaptés à leur âge, rendre les réseaux sociaux plus sûrs pour les enfants et protéger ces derniers contre les jeux vidéo préjudiciables», souligne un communiqué de la commissaire chargée des nouvelles technologies, Neelie Kroes.

La Commission abordera ces questions plus tard dans l'année dans une vaste initiative visant à responsabiliser et protéger les enfants qui utilisent les nouvelles technologies.

«Passer à la vitesse supérieure»

«Nous devons d'urgence passer à la vitesse supérieure dans notre manière de travailler et de collaborer pour responsabiliser et protéger les enfants dans ce monde numérique en évolution constante», souligne Neelie Kroes. «Il faut que nous donnions aux parents et aux enseignants la confiance nécessaire pour qu'ils prennent leurs responsabilité. La stratégie que je présenterai plus tard dans l'année abordera ces problèmes de front», promet-elle.

Le rapport suggère notamment de mieux faire connaître les permanences téléphoniques (qui vérifient la légalité ou le caractère préjudiciable des contenus qui leurs sont signalés), d'améliorer la sensibilisation aux risques concernant la vie privée sur les réseaux sociaux, et de généraliser l'utilisation de systèmes de classement des jeux en ligne en fonction de l'âge.

Nécessité de mettre des règles

La Commission souligne qu'au niveau de l'Union européenne comme dans la plupart des États membres, il n'existe de règles spécifiques que pour les contenus des médias audiovisuels. Dans le cadre de la stratégie numérique pour l'Europe lancée en mai 2010, la Commission s'est notamment engagée à promouvoir l'autoréglementation des fournisseurs de services européens et mondiaux, notamment les plates-formes de réseaux sociaux.

Actuellement, quelque 77% des internautes de 13 à 16 ans utilisent les sites de réseaux sociaux, et 38% des 9-12 ans.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion