Vote en Belgique – L'euthanasie des enfants légalisée ce jeudi?

Publié

Vote en BelgiqueL'euthanasie des enfants légalisée ce jeudi?

Les députés belges ont débattu mercredi une dernière fois de la proposition controversée d'étendre l'euthanasie aux mineurs. Le vote, qui aura lieu à 19h, sera certainement favorable.

Le Parlement belge vote, en soirée, une loi autorisant l'euthanasie pour les enfants incurables. Sauf énorme surprise, le texte devrait être définitivement adopté.

Le Parlement belge vote, en soirée, une loi autorisant l'euthanasie pour les enfants incurables. Sauf énorme surprise, le texte devrait être définitivement adopté.

DR

Les députés belges ont débattu mercredi une dernière fois de la proposition controversée d'étendre l'euthanasie aux enfants. Sauf énorme surprise, le texte devrait être définitivement adopté jeudi. «Il n'est pas question d'imposer l'euthanasie à qui que ce soit, à aucun enfant, à aucune famille, mais de permettre le choix de l'enfant de ne pas s'éterniser dans la souffrance», a affirmé la députée socialiste, Karine Lalieux. «Le droit d'aborder la vie et la mort ne peut être réservé aux adultes», a estimé le député libéral, Daniel Bacquelaine. Depuis 2002, l'euthanasie est autorisée en Belgique pour les adultes, «mais elle existe déjà pour les enfants déjà dans la pratique», a-t-il relevé.

Les partisans du texte ont souligné les «conditions strictes» prévues par la loi: le mineur devra se «trouver dans une situation médicale sans issue entraînant le décès à brève échéance», être confronté à une «souffrance physique constante et insupportable qui ne peut être apaisée et qui résulte d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable».

Pas de limite d'âge

Le législateur belge a choisi de ne pas imposer d'âge minimum, contrairement aux Pays-Bas, où il est de 12 ans, pour lui préférer la notion de «capacité de discernement».
Cette capacité de l'enfant à comprendre le «côté irréversible de la mort» sera estimée au cas par cas par l'équipe médicale et par un psychiatre ou un psychologue indépendant. Et les parents devront donner leur consentement.

«Un enfant de sept, huit ou neuf ans peut-il vraiment demander une euthanasie en toute autonomie?», s'est interrogée la députée chrétienne-démocrate Sonja Becq, dont le groupe votera contre la proposition. Elle a également dénoncé «les lacunes d'une loi» préparée «dans la précipitation» et qui, selon elle, ne précise pas suffisamment la notion de «capacité de discernement» ou ne prévoit pas le cas où les parents ne seraient pas d'accord entre eux. Le débat, ouvert depuis un an, s'est déroulé dans une grande sérénité malgré l'opposition de l’Église catholique et les divergences de vues dans le monde médical.
Selon un sondage paru en octobre, 73% des Belges sont favorables à la légalisation de l'euthanasie pour les mineurs.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion