Accusations de viol: L'ex-ministre Damien Abad relâché sans poursuite après une garde à vue

Publié

Accusations de violL'ex-ministre Damien Abad relâché sans poursuite après une garde à vue

Le député de l'Ain, qui avait dû quitter le gouvernement d'Elisabeth Borne au bout d'un mois en juillet 2022 en raison de ces accusations, a nié toute agression face aux forces de l'ordre.

Member of Parliament of French ruling liberal party Renaissance, Damien Abad takes part in a session to discuss on the government's pension reform plan at the National Assembly, French Parliament lower house, in Paris, on February 17, 2023. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)

AFP

L'ancien ministre Damien Abad, visé par des accusations de viol, a été entendu mercredi en garde à vue et est ressorti libre de son audition le soir même sans poursuite à ce stade, a-t-on appris vendredi de sources proches du dossier.

«Il a nié toute agression» lors de son interrogatoire par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, a précisé l'une de ces sources, confirmant une information de TF1/LCI.

«Damien Abad a toute confiance en la justice»

Le député de l'Ain, qui avait dû quitter le gouvernement d'Elisabeth Borne au bout d'un mois en juillet 2022 en raison de ces accusations, a pu «s’expliquer sur des faits qu’il conteste fermement et de se défendre face à des accusations aussi ignobles qu’infondées», selon un communiqué que M. Abad a transmis à l'AFP. «Damien Abad a toute confiance en la justice et ne doute pas que cette procédure permettra de prouver son innocence», est-il ajouté.

Son audition intervient deux semaines après la levée de son immunité parlementaire par une décision à l'unanimité du bureau de l'Assemblée nationale. La justice avait fait cette demande de levée d'immunité dans le cadre de l'enquête préliminaire en cours à Paris. M. Abad s'y était dit lui-même «favorable».

Accusations de viol datant de 2010 et 2011

L'ancien chef des députés LR avait été nommé en mai 2022 ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées, prise du président Emmanuel Macron à droite.

Dès le lendemain de sa nomination, Mediapart relayait des accusations de viol à son encontre, datant de 2010 et 2011. Les plaintes furent classées en 2012 puis 2017. Mais fin juin 2022, une plainte était une nouvelle fois déposée, entraînant l'ouverture de l'enquête préliminaire parisienne pour tentative de viol.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires