Scandale bancaire – L'ex-PDG d'Espirito Santo sous les verrous

Publié

Scandale bancaireL'ex-PDG d'Espirito Santo sous les verrous

L'ancien directeur général de la banque portugaise Espirito Santo, Ricardo Salgado, a été arrêté jeudi à Lisbonne. Il sera interrogé dans une affaire de blanchiment d'argent.

Ricardo Salgado, ex-PDG d'Espirito Santo, est au cœur d'un scandale bancaire de grande ampleur au Portugal.

Ricardo Salgado, ex-PDG d'Espirito Santo, est au cœur d'un scandale bancaire de grande ampleur au Portugal.

AFP

Des perquisitions ont été menées mercredi dans plusieurs entités du groupe familial Espirito Santo, au cœur d'une tourmente en raison des difficultés financières de plusieurs de ses holdings. Ricardo Salgado, âgé de 70 ans, doit être présenté à un juge d'instruction, dans le cadre d'une enquête sur le plus grand réseau de blanchiment de capitaux au Portugal, a précisé le parquet général.

L'ancien patron de la BES avait été écarté le 20 juin de la direction de la banque après la découverte en mai d'irrégularités comptables au sein de la holding Espirito Santo International (ESI) et a été remplacé le 14 juillet par l'économiste réputé Vitor Bento. Incapable d'honorer ses dettes, cette holding a été placée mardi sous le régime de gestion contrôlée par le tribunal de commerce de Luxembourg où elle a son siège.

Une autre holding du groupe, Rioforte, lui a emboîté le pas, et a demandé mardi à son tour à être placée en redressement judiciaire auprès des autorités luxembourgeoises. Ces deux annonces avaient accru la pression sur la banque BES, dans le collimateur des marchés en raison des déboires financiers de la famille Espirito Santo, son principal actionnaire, qui en détient 20,1%.

(L'essentiel/ats)

Deux holdings d'Espirito Santo placées sous gestion contrôlée

Afin d'éviter la faillite, Espirito Santo International est placée depuis mardi sous l'autorité du tribunal de commerce de Luxembourg. Cette holding contrôle actuellement, Banco Espirito Santo, première banque privée du Portugal.

Rio Forte, autre holding du même groupe, a elle aussi demandé son placement sous redressement judiciaire.

Ton opinion