En Corée du Sud – L'héritier de Samsung sera-t-il bientôt arrêté?
Publié

En Corée du SudL'héritier de Samsung sera-t-il bientôt arrêté?

Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics, est accusé d'avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin en échange de faveurs politiques.

Vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe, Lee Jae-Yong, 48 ans, est accusé d'avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l'ombre de la présidente Park Geun-Hye en échange de faveurs politiques. (Jeudi 16 février 2017)

Vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe, Lee Jae-Yong, 48 ans, est accusé d'avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l'ombre de la présidente Park Geun-Hye en échange de faveurs politiques. (Jeudi 16 février 2017)

La justice sud-coréenne examinait jeudi une nouvelle demande d'arrestation de l'héritier de l'empire Samsung, après avoir refusé une première fois de le placer en détention provisoire comme le souhaitent les enquêteurs qui planchent sur un retentissant scandale de corruption. Vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe, Lee Jae-Yong, 48 ans, est accusé d'avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l'ombre de la présidente Park Geun-Hye en échange de faveurs politiques.

Lee Jae-Yong avait le visage fermé au moment d'entrer dans le tribunal de Séoul. Il n'a pas répondu aux questions de la horde de journalistes présents, selon les images transmises par les télévisions. «Arrêtez le!», criaient des manifestants.

Casseroles en chaîne

Le patron de fait du premier conglomérat sud-coréen a déjà été interrogé plusieurs fois dans cette affaire qui secoue le pays et a entraîné la destitution de la présidente. Il y a un mois, l'équipe spéciale d'enquêteurs avait envoyé une onde de choc dans les rangs du conglomérat en requérant l'arrestation de Lee Jae-Yong pour des soupçons de corruption, d'abus de biens sociaux et de parjure.

Le premier fabricant mondial de smartphones, qui pèse un cinquième de l'économie sud-coréenne, se remettait déjà à peine de la débâcle du rappel planétaire de son Galaxy Note 7 aux batteries explosives.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion