«Le Train des Orphelins» – L'histoire méconnue des orphelins de la côte est

Publié

«Le Train des Orphelins»L'histoire méconnue des orphelins de la côte est

C'est une histoire très peu connue. Celle d'orphelins transportés de la côte est à la côte ouest, dans les années 20, pour y être offerts à l'adoption.

Middle West, 1920. Le train des orphelins poursuit son périple vers l'ouest. Ce système d'adoption a été mis en place pour endiguer le nombre massif, sur la côte est américaine, d'enfants sans famille issus de l'émigration européenne. Dans le tome 2, Jim est toujours à son bord. Il se lamente car il a perdu son petit frère Joey, adopté à l'étape précédente. Il ne lui reste plus qu'Anna, sa jeune sœur, le mot que lui a laissé son père sur le quai de gare à New York, et son copain Harvey.

Jim et Harvey vivront encore bien des aventures qui conduiront Jim, près de 70 ans plus tard, aux archives de l'Orphan Train Society à la recherche de son passé et de celui des siens... «Je ne connaissais pas Philippe Charlot, mais quand j'ai lu son scénario, à la demande d'Hervé Richez, patron de la collection Grand Angle, j'ai été emballé», explique Xavier Fourquemin, dessinateur de la série publiée chez Bamboo.

L'histoire elle-même, la continuité du récit, les flash-back, les personnages, il s'est vite mis au service du scénario élaboré par Philippe Charlot («Bourbon Street»). «C'est un projet fascinant parce qu'il a deux niveaux de lecture. Comme "L'Envolée Sauvage", les plus jeunes et les lecteurs adultes peuvent s'y retrouver. C'est une histoire grave aux dessins plus enfantins. Elle s'appuie sur une double envie: celle de raconter et celle de dessiner».

Alors même s'il n'avait jamais dessiné de voitures par exemple et si les visages enfantins ne devaient pas pouvoir se confondre, Xavier Fourquemin s'est lancé à corps perdu dans ce «Train des Orphelins», tout en avouant n'avoir pas collé absolument à la réalité pour «rechercher des ambiances et provoquer des réactions». En quatorze mois, il a enchaîné les deux premiers tomes, tout en appréciant les passages du monde moderne aux années 20, à travers l'histoire étonnante de Jim et d'Harvey, devenus d'inséparables amis dans ce voyage incroyable pour trouver une nouvelle famille.

Un long voyage vers l'inconnu ponctué d'étapes dans les villes qui jalonnaient la voie ferrée. L'arrivée des enfants y était annoncée par affichage: «Recherchons foyers pour orphelins... La distribution des enfants (de tous âges, des deux sexes et en parfaite santé) se tiendra au théâtre à 14 h». Des distributions qui ressemblaient à des marchés aux bestiaux. Les quelques historiens qui se sont penchés sur cette question estiment à 250 000 le nombre d'enfants ainsi déplacés. En racontant un pan de cette histoire méconnue, Philippe Charlot et Xavier Fourquemin réussissent à la fois à interpeller, faire réfléchir, mais surtout émouvoir profondément. Et tout oppose le monde des enfants, naïfs et candides, à celui des adultes, engoncés dans leurs certitudes et leurs intérêts. Deux mondes qui ne vont pas bien ensemble!

Denis Berche

Ton opinion